© Dominic Lipinski/PA Wire

Quelles œuvres d’art la reine Élisabeth II a-t-elle bien pu présenter à Donald Trump ?

La reine n'avait que l'embarras du choix mais elle ne lui aurait pas offert l'accès à la crème de sa collection royale.

Avant son arrivée en Normandie, ce jeudi 6 juin, pour célébrer le 75e anniversaire du débarquement, Donald Trump est passé par Londres. En plus de s'entretenir avec la Première ministre britannique, Theresa May, le président a également fait un tour à Buckingham Palace – une visite largement relayée sur les réseaux par lui-même et les membres de sa famille. 

Dans les couloirs du Palais, il se murmure que la reine Élisabeth II n'apprécierait pas particulièrement M. Trump, notamment à cause de son attitude sexiste. Protocole oblige, la reine n'a pas failli à son devoir et a accueilli la famille Trump selon l'usage. Le président américain et son épouse ont ainsi eu le privilège de visiter sa collection royale.

Publicité

© Dominic Lipinski/PA Wire

Si Élisabeth II a fait quelques efforts, elle n'aurait cependant pas sorti les pièces les plus somptueuses de sa vaste collection pour Donald Trump, souligne le site The Art Newspaper : 

"La collection royale contient, entre autres choses, des toiles de grands maîtres, des céramiques, du mobilier, de l'argenterie, des bijoux et des objets d'arts parmi les plus impressionnants du monde.

Sachant cela, il semble que la reine ait délibérément restreint la visite en sortant seulement quelques impressions, des manuscrits à valeur mineure, des photographies et une statuette."

Publicité

La reine aurait exhumé de sa collection des objets en lien avec le continent américain, parmi lesquels une copie manuscrite de la Déclaration d'indépendance des États-Unis de 1776, une invitation de la main du président Roosevelt à destination du Roi George VI datant de 1936 et une ancienne carte de New York.

D'autres objets étaient plus intimement liés au président lui-même, à l'instar d'un manuscrit illustré référençant des tartans (la mère de Donald Trump était d'origine écossaise) ou de photographies de membres de la famille royale en train de jouer au golf (on connaît l'amour de Trump pour le golf). La reine a également mis en avant une statuette de cheval offerte par Donald Trump lui-même à Buckingham Palace l'année dernière – objet que le principal intéressé n'aurait malheureusement pas reconnu

Cette façon de ne présenter à Donald Trump que des objets en rapport avec son pays ou sa propre personne peut lue comme une marque d'attention ou de politesse ; cependant, ce pourrait aussi être un message pour souligner l'égocentrisme de l'actuel président des États-Unis.

Publicité

Par Lise Lanot, publié le 06/06/2019

Copié

Pour vous :