© Stringer/AFP

Un Picasso volé sur un bateau il y a 20 ans a été retrouvé aux Pays-Bas

Estimé à 25 millions d'euros, le tableau a été retrouvé par celui qu'on appelle "l'Indiana Jones de l'art".

Estimé aujourd’hui à 25 millions d’euros, le Portrait de Dora Maar (aussi appelé Buste de femme (Dora Maar) et réalisé en 1938) a été volé en 1999 sur le yacht d’un cheik saoudien à Antibes, au large de la luxueuse French Riviera.

À cette époque, le portrait était estimé à "seulement" 6 millions d’euros et la police française n’avait rien pu faire pour le retrouver. Arthur Brand, un expert d’art et fin enquêteur néerlandais, surnommé à juste titre "l’Indiana Jones du monde de l’art", est parvenu à le retrouver aux Pays-Bas après quatre longues années de recherches.

Publicité

C’est en 2015 que le chercheur a appris que le "Picasso volé sur un bateau" était échangé dans des transactions illicites (trafics d’armes et de drogues) aux Pays-Bas. "Depuis le vol, la peinture a dû changer de propriétaire une dizaine de fois", a-t-il déclaré.

Le 14 mars 2019 dans sa maison à Amsterdam, le chercheur néerlandais Arthur Brand pose à côté du "Buste de femme (Dora Maar)" volé, de Picasso. (© Stringer/AFP)

Mi-mars 2019, deux hommes frappent à sa porte, dans sa maison d’Amsterdam, de nuit. Comme dans un film de gangsters, ces deux hommes travaillent pour un homme d’affaires néerlandais et ont en leur possession le fameux tableau enveloppé dans un drap et des sacs-poubelles noirs.

Publicité

L’homme d’affaires en question a voulu rendre le tableau car il ne souhaitait pas avoir une œuvre volée dans sa collection. Arthur Brand a ensuite prévenu les forces de l’ordre. Cette œuvre faite à l’huile représente l’une des amantes et muses du peintre et, jusqu’à sa mort, elle a fait partie de la collection privée de l’artiste espagnol.

L’œuvre a ensuite été restituée à une compagnie d’assurances souhaitant rester anonyme, selon l’AFP, après avoir été analysée par un spécialiste de Picasso de la galerie new-yorkaise Pace, accompagné de Dick Ellis, détective anglais retraité, fondateur de l’unité d’art et d’antiquités de Scotland Yard. C’est ce dernier qui avait retrouvé la trace du tableau Le Cri d’Edvard Munch (entre autres), volé à la Galerie nationale d’Oslo en 1994.

Si Arthur Brand est surnommé "l’Indiana Jones de l’art", c’est parce qu’il a également retrouvé, en 2015, deux chevaux de bronze de l’un des sculpteurs officiels du IIIe Reich, Josef Thorak, initialement exposés à Berlin, à l’entrée de la Chancellerie d’Hitler. Cette sculpture avait disparu après la chute du Mur de Berlin.

En novembre 2019, après des recherches qui ont duré plusieurs années, ce même expert a permis aux autorités de Chypre de reprendre possession d’une mosaïque byzantine rare, qui faisait partie d’une des fresques volées dans des églises chypriotes en 1974.

Publicité

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 01/04/2019

Copié

Pour vous :