© Bianca Devin

Après son meurtre, l’instagrameuse Bianca Devin émeut et fascine la Toile

Le meurtre de l’adolescente américaine Bianca Devin a provoqué une fascination morbide sur les réseaux sociaux.

Bianca Devin est morte assassinée le 14 juillet. La jeune fille avait 17 ans et les photos très violentes prises par son tueur – qu’elle avait rencontré sur Instagram – se sont vite retrouvées sur Internet. Son meurtre est devenu viral, posant de nombreuses questions à la fois sur le rôle des réseaux sociaux dans la transmission de telles images, mais encore sur nos usages d’Instagram, la violence envers les femmes et sur la misogynie des internautes.

Plusieurs médias ont retracé ce qui s’est passé le jour du meurtre de Bianca Devin. La jeune fille d’Utica, dans l’État de New York, venait de finir le lycée, elle s’apprêtait à étudier la psychologie à l’université. Le 14 juillet, elle a été retrouvée égorgée. Les médias ont vite qualifié son meurtre comme étant celui d’une "influenceuse" ou d’une "e-girl", ces jeunes filles qui s’inspirent de l’esthétique manga.

Publicité

En effet, Bianca postait bien quelques selfies sur son compte Instagram @Escty et était active sur le forum 4chan. Mais selon la BBC, avant son meurtre, elle avait 2 000 abonné·e·s sur Instagram. Une semaine après, sa page en comptabilisait 164 000…

Publicité

Le tueur poste sur Instagram après le meurtre

Son tueur s’appelle Brandon Andrew Clark, il a 21 ans. Selon la police de la ville d’Utica, tous deux se sont connus sur Instagram, deux mois avant le meurtre, rapporte Dazed. Ils ont passé du temps ensemble et connaissaient leurs familles respectives. Le samedi soir, ils sont allés voir un concert à New York. Selon Rolling Stone, le jeune homme se serait énervé quand Bianca a embrassé un autre garçon. Les deux sont repartis ensemble vers 22 heures.

Ce sont les internautes qui ont prévenu la police après avoir visionné des images perturbantes postées par le tueur sur 4chan et Discord. Après avoir tranché la gorge de Bianca, Brandon s’est lui-même poignardé dans le cou puis a pris des selfies avec la jeune femme décédée.

Publicité

Publicité

Quelques heures plus tard, Brandon a publié une photo du corps de Bianca, la gorge tranchée, gisant dans sa voiture. Il a ensuite posté plusieurs vidéos dans sa story en conduisant dans la nuit, avec notamment comme message écrit sur l’une d’entre elles : "L’enfer est là. C’est la rédemption non ?"

Les "incels", réjouis du meurtre

Les images ont ensuite fait le tour d’Instagram, qui aurait mis du temps à réagir et censurer les photos. Des internautes ont commencé à inventer des histoires : le meurtre de la jeune femme serait un complot pour gagner plus de followers... Beaucoup ont aussi accusé la victime d’être responsable de son sort, car elle poste des selfies ou parce qu’elle a refusé les avances du jeune homme.

Une communauté en particulier s’est réjouie de son meurtre : les "incels" ("involuntary celibate", ou "célibataires involontaires"). Sur des forums consacrés à leur célibat, ces hommes expriment toute la haine qu’ils portent aux femmes. Certains comptes Instagram affirment qu’ils disposent de vidéos du meurtre en échange de likes et d’abonnements.

En réaction à ces comportements violents et indécents, de nombreux internautes partagent également leur soutien à la victime et à ses proches. Des jeunes filles font notamment des montages avec des animaux, des étoiles, du rose pastel, sur le même ton que les selfies postés par Bianca.

Une semaine après le meurtre, Instagram a réagi et supprimé la plupart de ces images. Mais cette histoire pose de véritables questions de fond sur les réseaux sociaux :

"La prolifération des images du meurtre de Bianca a renouvelé l’attention sur la façon dont les réseaux sociaux sont surveillés chaque jour, tout juste quatre mois après que les plateformes ont peiné à contenir la viralité de la vidéo violente des attaques de Christchurch", écrit la BBC.

Il ne s’agit pas d’un "meurtre Instagram" ou de "l’assassinat d’une influenceuse". Il s’agit d’une jeune femme tuée par un homme. Brandon Andrew Clark est accusé d’homicide et risque 25 ans de prison.

Par Sirine Azouaoui, publié le 24/07/2019

Copié

Pour vous :