© Bella Thorne

Pour contrer le chantage d'un hacker, Bella Thorne publie ses propres nudes

Menacée par un cybercriminel, elle a refusé de céder au chantage.

"Je t’emmerde, toi et le pouvoir que tu crois avoir sur moi", se révoltait l’actrice, mannequin et chanteuse Bella Thorne, ce samedi 15 juin. Dans son tweet, l'Américaine postait des photos d’elle seins nus, qu’un hacker voulait utiliser pour la faire chanter.

Son cauchemar a commencé la veille, lorsque le pirate informatique est entré en contact avec elle. Ce jour-là, Bella a été contactée par un numéro inconnu, via SMS. En guise d’introduction, elle reçoit d’abord un simple "Yo Bella", puis un second message, plus menaçant : "J’ai toutes les vidéos." Le tout accompagné de photos intimes d’elle, que l’individu s’était procuré en piratant son smartphone.

Publicité

Publicité

Ces images, prises dans un cadre privé, laissaient voir sa poitrine, et n’avaient aucune vocation à finir sur la Toile. "Durant ces dernières 24 heures, j’ai été menacée avec mes propres nudes, je me sens salie, je me sens épiée, j’ai l’impression qu’on m’a pris quelque chose qui était réservé à une personne spéciale", racontait l’actrice sur Twitter.

"Tu ne peux pas contrôler ma vie"

D’abord désemparée face à la situation, Bella a finalement décidé de ne pas se laisser intimider, et de devancer son hacker. Une démarche qui impliquait de faire une croix sur son intimité, puisqu’elle consistait à dévoiler elle-même les fameux clichés sur les réseaux sociaux.

Sa décision, qui demandait un certain cran, lui a ainsi permis de se libérer de l’emprise du cybercriminel. "Pendant trop longtemps, j’ai laissé un homme prendre l’avantage sur moi encore et encore, et je n’en peux plus, je mets ça au grand jour car c’est MA DÉCISION, ET À PRÉSENT, TU NE PEUX RIEN ME PRENDRE. Je dormirai mieux ce soir, en sachant que j’ai repris le pouvoir qui m’appartenait. Tu ne peux pas contrôler ma vie et tu ne le pourras jamais", déclarait Bella au hacker sur Twitter.

Publicité

Publicité

Mais si l’actrice a pu mettre son maître-chanteur K.-O., elle ne s’en sort pas indemne non plus. Sa démarche rappelle d’ailleurs celle de Sia, qui avait vécu une expérience similaire. En novembre 2017, la chanteuse australienne – dont les images sont rares, pour préserver son anonymat – balançait sur Twitter des photos intimes volées par un paparazzi, en réponse à un individu qui tentait de vendre ces clichés à ses fans. "Apparemment, quelqu’un essaie de vendre des photos de moi nue à mes fans. Gardez votre argent, les voici gratuitement. C’est tous les jours Noël !", écrivait la chanteuse.

L’actrice blâmée pour ses photos sexy

Pour autant, le simple fait que Bella ait pris des photos d’elle dans une pose sexy a été sujet à controverse. L’actrice Whoopi Goldberg, invitée le lundi 18 juin sur le talk-show américain The View, ne s’est pas gênée pour la déclarer responsable de ses malheurs. "Si tu es connu·e, je m’en fiche de quel âge tu as. Tu ne prends pas de photo de toi nu·e", lançait-elle sur le plateau de l’émission. Très touchée par ces propos, Bella a réagi à chaud dans sa story Instagram, via un texte et des vidéos.

Déçue par l’actrice qu’elle admirait, elle s’est déclarée attristée par sa prise de position, évoquant notamment le sentiment de "viol public" des victimes de piratage ou de revenge porn, mais aussi les suicides, directement causés par la diffusion de photos intimes.

Aussi, elle a déploré que Whoopi Goldberg use de sa notoriété pour partager une opinion qui veut culpabiliser les victimes, et non les auteurs de ces crimes. "Une fille ne peut pas envoyer à son copain qui lui manque, des photos d’elle sexy ? Des choses qu’il a déjà vues ? En tant que femme, je devrais être effrayée en rentrant chez moi, en étant sur mon téléphone, en faisant n’importe quoi ? C’est à ça que vous voulez que nos femmes ressemblent ? Effrayées par les masses pour leur sexualité ??", répondait Bella, dans un texte directement destiné à Whoopi Goldberg.

Et pour souligner l’absurdité de cette position, elle a établi un parallèle avec le viol et la tenue vestimentaire – car certains, rappelons-le, estiment toujours que les vêtements peuvent justifier une agression : "Si je vais boire et danser et que j’ai l’air sexy, est-ce que je mérite d’être violée ?"

Supposée se rendre prochainement sur le plateau de The View, Bella a déclaré sur Instagram qu’elle préférait annuler son interview. "Je ne veux pas me sentir rabaissée par une grappe de femmes plus âgées", déclarait-elle sur Instagram. Deuxième K.-O.

Par Pauline Allione, publié le 20/06/2019

Copié

Pour vous :