© Erika Kapin⁠⠀

Selon un sondage, Instagram censurerait davantage les contenus LGBTQ+

Certaines communautés affirment avoir l'impression qu'Insta les censure en raison de leur identité.

Salty, une newsletter indépendante gérée par des contributeur·rices volontaires – uniquement des femmes, des personnes transgenres et non-binaires – a souhaité investiguer sur les dessous des algorithmes d’Instagram. Après s’être rendu compte, et s’être plainte que le réseau social signalait de façon abusive ses publicités, l’équipe de Salty a mené une petite étude statistique sur "la censure et les personnes marginalisées" sur Instagram. 

En résulte un dossier de 15 pages (dont la version PDF est disponible ici) créé à partir des dires d’un échantillon de 118 personnes. Ces dernières reflètent le lectorat de la newsletter, ce sont majoritairement des "personnes LGBTQ+, des personnes de couleur, des personnes en surpoids, des travailleur·se·s du sexe et des éducateur·rice·s". Des personnes cisgenres [c’est-à-dire des personnes dont le genre ressenti correspond à son sexe biologique, au contraire des personnes transgenres, ndlr] ont également été interrogées, afin de pouvoir établir une comparaison entre individus cis et LGBTQ+.

Publicité

Informations démographiques concernant les personnes sondées. De bas en haut : LGBTQ+, grande taille, personnes de couleur, femmes cisgenres, handicapé·e·s, non-binaires, travailleur·se·s du sexe, hommes cisgenres queers, femmes transgenres, hommes transgenres, queers, hommes cisgenres, artisan. (Via SaltyWorld.net)

Selon le rapport, "les personnes queers et les personnes de couleur sont davantage surveillées que le reste de la population", "les personnes 'plus size' ou prônant le body-positivisme sont plus susceptibles de voir leur compte se faire signaler pour 'sollicitation sexuelle' ou 'nudité excessive'". Pourtant, comme le notent plusieurs sondé·e·s, de nombreuses célébrités et mannequins postent des photos dénudées ou en maillot de bain sans jamais se faire inquiéter.

Une suspicion grandissante vis-à-vis de la plateforme

Étant donné le faible nombre de sondé·e·s, et le fait qu’ils aient été sélectionné·e·s depuis la même plateforme, l’étude est évidemment à relativiser, scientifiquement parlant. Le fait cependant qu’une majorité de personnes déclarent "se méfier de la plateforme" n’est pas anodin. En effet, nombre de comptes et de contenus sont suspendus sans raison, parfois seulement avec l’explication d’un "accident", ce qui donne l’impression aux "personnes de couleur, aux défenseur·se·s du body-positivisme, aux femmes et aux queers qu’Instagram les cible en raison de leur identité".

Publicité

Ces suspensions et censures (censures de contenus mais aussi impossibilité d’être trouvé·e par son nom d’utilisateur ou grâce à des hashtags) formeraient ainsi plus que des désagréments personnels mais bien l’invisibilisation de certains groupes de personnes.

Publicité

"Nous pensons que les informations contenues dans ce rapport sont d’importance publique et, avec l’accord des participant·e·s, nous avons décidé de les publier. On nous a vendu Internet comme un bastion de la liberté d’expression, un terrain de jeu génial dans lequel celles et ceux qui n’avaient pas de voix en trouvaient une.

À Salty, on se bat pour être visible tous les jours et, plus on se bat, plus on se rend compte que les perspectives des personnes qu’on tente de mettre en avant (les femmes, les transgenres, les personnes non-binaires, les personnes de couleur, les personnes 'plus size', les travailleur·se·s du sexe) sont réduites au silence à cause de biais conscients ou non qui constituent le cadre même du monde numérique."

Nombre de comptes remis en ligne (en bleu : 51 %) et définitivement supprimés (en orange : 49 %). (Via SaltyWorld.net)

Publicité

Motifs des suppressions de contenu. De bas en haut : règles de la plateforme (44), sans raison (20), contenu sexuel (20), discours haineux (5), usurpation d’identité (3), vente de marchandises illégales (1), utiliser le bouton "Like" sur certains contenus (3), publicités rejetées pour cause de nudité ou de contenu sexuel (2), nombre douteux de likes (1), spams (4), raisons floues (3), accident (5). (Via SaltyWorld.net)

Exemple de contenus censurés et de comptes supprimés. (Via SaltyWorld.net)

Par Lise Lanot, publié le 12/11/2019

Copié

Pour vous :