© Greenpeace Russie

Comme FaceApp, EarthApp montre à quoi ressemblera la Terre dans 50 ans

En Russie, Greenpeace a imaginé l'effet dévastateur du réchauffement climatique sur les paysages et les villes du pays.

"Vous pouvez facilement reconnaître des amis, même sur des photos vieillies dans FaceApp, mais si vous remontez des décennies en arrière, vous reconnaîtrez à peine l’Arctique", écrit Greenpeace Russie sur Instagram. L’association de lutte pour l’écologie veut éveiller les consciences sur les paysages qui risquent de disparaître avec le réchauffement climatique.

FaceApp a fait le tour du monde en donnant un aperçu aux internautes de leur visage vieilli. Mais à quoi ressemblera la planète d’ici cinquante ou cent ans ? Pour nous donner un avant-goût amer, Greenpeace a lancé EarthApp, des avant/après de paysages russes beaucoup moins drôles que les selfies vieillis. 

Publicité

Des paysages méconnaissables

Publicité

La ville de Saint-Pétersbourg se retrouverait inondée. "Le changement climatique entraîne une élévation du niveau de la mer et une inondation des villes", explique l’ONG. 

Publicité

Le grand lac Baïkal en Sibérie ne prendrait pas un coup de vieux mais un coup de chaud. À l’inverse de la ville, il n’y aurait presque plus d’eau, et le paysage serait asséché. 

Publicité

Quant au pôle Nord, on peut oublier les ours polaires et les glaciers à l’avenir. Le réchauffement climatique transformerait cette mer de glace en mer d’eau. En effet, d’ici 2050, la température du mois le plus chaud de l’année à Moscou pourrait augmenter de 5,5 degrés supplémentaires.

À Sotchi, connue pour sa grande station de ski, il faudra oublier la neige et les sports de glisse. La montagne resterait verte toute l’année. Les remontées mécaniques seraient laissées à l’abandon.  

"Pour voir votre portrait 'âgé' dans l’application, il vous faut seulement 5 à 10 secondes. Il en faut autant pour aider notre planète, car elle peut vraiment beaucoup changer avec le changement climatique", écrit Greenpeace.

L’ONG tente ainsi de mobiliser les internautes dans la lutte contre le réchauffement climatique, en soutenant par exemple ses activités et en signant ses pétitions. "L’humanité ne peut plus brûler du charbon, du pétrole et du gaz de manière incontrôlable, comme si demain ne viendrait jamais", répète Greenpeace dans cette campagne aussi percutante que nécessaire. 

Par Sirine Azouaoui, publié le 25/07/2019

Copié

Pour vous :