© @Januhairy

"Januhairy" : les femmes partagent des photos de leurs poils sur Instagram

Janvier, le mois de la pilosité libérée.

On connaissait le "dry january", le mois de janvier sans alcool, mais il n’y a pas que cela. Janvier, c’est aussi le mois du poil libéré grâce à un challenge qui incite les femmes à se laisser pousser les poils. L’objectif du "Januhairy" (contraction de "janvier" et "poil" en anglais) : briser le tabou qui entoure la pilosité féminine, l’injonction à l’épilation qui l’accompagne et aider les femmes à assumer leurs poils.

Le mouvement a été lancé pour la première fois en 2018, avec à sa tête Laura Jackson, une étudiante britannique. Après avoir décidé de ne plus faire la guerre à ses poils, celle-ci devait constamment se justifier et essuyait des remarques au sujet de son corps.

Publicité

"Dans les médias, nous nous sentons 'confiantes' lorsque nos jambes sont lisses, nos sourcils et nos aisselles épilés, etc. […] Le 'Januhairy' est une expérience pour que les femmes se réunissent, s’encouragent mutuellement et soient invitées à laisser pousser leurs poils durant le mois de janvier", expliquait Laura Jackson sur Instagram.

L’initiative est depuis reconduite chaque mois de janvier, dans un esprit bienveillant et body-positif. Sur le compte Insta @Januhairy, on retrouve une série de photos de femmes ayant boudé cire et rasoirs pour prendre part à cette libération du poil féminin. Aisselles, jambes, maillot… Sur le réseau social, le poil ne se cache plus, il s’expose et s’assume. Mais pas question pour autant d’inverser la balance en créant une injonction à la non-épilation : rasoir ou pas, chacune est libre de choisir. Et ça fait du bien.

Publicité

Publicité

Publicité

Par Pauline Allione, publié le 21/01/2020

Pour vous :