© Jérôme Bonnet/Télérama

La couv' de Télérama qui dénonce la grossophobie s'est faite censurer sur la Toile

Plusieurs internautes ont vu leur compte supprimé après avoir partagé la couverture du magazine.

À la une du dernier numéro de Télérama, en kiosque depuis ce 8 février : une Leslie Barbara Butch nue, la poitrine dissimulée derrière ses mains. La DJ et activiste, bien connue pour son engagement contre la grossophobie, illustre ce numéro dont le dossier principal s’érige contre les discriminations subies par les gros·ses, avec ce titre : "Pourquoi on rejette les gros ?" Une couverture qui n’a visiblement pas plu, chez Facebook comme chez Instagram.

Publicité

Tout commence avec ce message d’un lecteur, reçu par la rédaction ce mercredi 5 février :

"Cher Télérama, à propos de cette très jolie couverture sur la grossophobie, où pose une de mes amies, Leslie Barbara Butch, j'ai voulu hier la relayer sur Facebook pour lui rendre hommage, ainsi qu'à vous, pour votre courage. Quelle ne fut pas ma surprise de recevoir immédiatement une menace de censure. Je ne comprends pas, cette photo est magnifique et d'une pudeur extrême. Qu'en pensez-vous ?"

"Ce genre de censure, c’est grave, ça n’arrive que pour les gros"

La censure s'étend à d’autres internautes, parmi lesquel·le·s Leslie Barbara Butch elle-même : la modèle poste la couverture en story sur Instagram… et voit son compte suspendu durant 24 heures. Sauf que, d’après Télérama, son retour aussi rapide sur le réseau ne serait dû qu'à une connaissance de l’activiste chez Instagram France.

Publicité

D'autant que tout n’est pas rentré dans l’ordre : "Je suis invisibilisée, on ne peut plus commenter mes stories, on ne retrouve plus mon compte dans le moteur de recherche du réseau, on ne peut plus me mentionner… Ce genre de censure, c’est grave, ça n’arrive que pour les gros", a réagi Leslie Barbara Butch auprès de l’hebdomadaire.

Recalée par les algorithmes

La situation est pour le moins ironique. Alors que la rédaction de Télérama fait ce choix éditorial et iconographique fort dans un paysage médiatique qui ne représente quasiment pas les personnes gros·ses, sa couv' est recalée par les algorithmes. Pourtant, rien dans ce portrait de l’activiste, signé par le photographe Jérôme Bonnet, n’enfreint les règles de la communauté. "La photo de Leslie Barbara Butch ne montre ni sexe, ni téton, évidemment, mais beaucoup de peau", souligne la rédaction.

Publicité

Une semaine auparavant, la modèle était déjà confrontée à la censure après avoir partagé une image montrant son corps, mais pas ses attributs sexuels. La photo a rapidement été supprimée par Instagram, car relevant soi-disant de la "nudité ou [d']actes sexuels". 

Lassée et énervée de cet acharnement des algorithmes, la DJ et "grosse activiste", comme elle se définit, a lancé les hashtags #BarbaraButchChallenge et #NiqueLaGrosseCensure, pour inviter les internautes à partager la couv' de Télérama sur leurs réseaux sociaux… Il reste encore du chemin à parcourir pour venir à bout du "fléau de la grossophobie".

Publicité

Par Pauline Allione, publié le 10/02/2020

Pour vous :