© Nike

La photo d’une mannequin avec des poils aux aisselles pour une pub Nike fait polémique

Sans surprise, ce genre de campagnes body positives est toujours sujet à controverse en 2019.

Depuis quelque temps, les grandes marques de prêt-à-porter s’emparent du mouvement body positive – qui consiste à prôner l’acceptation des corps loin des diktats de beauté habituels, rappelons-le – pour se donner une image plus progressiste. Ou pour se racheter une conscience, selon si on décide de voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. La dernière enseigne à avoir fait cet effort de représentativité, c’est Nike avec sa dernière pub sportswear féminin. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que celle-ci a sérieusement divisé les internautes.

Partagée sur les réseaux sociaux fin avril, l’affiche en question cumule des milliers de réactions : des bonnes, mais aussi son lot de mauvaises. Sur la photo, on retrouve Annahastasia Enuke, une chanteuse américano-nigériane, arborant une brassière noire tout ce qu’il y a de plus basique. Le détail qui dérange ? La jeune femme ne s’est pas épilé les poils sous les bras et, plutôt que d’en avoir honte, exhibe sa pilosité sans complexe.

Publicité

Suite à la publication de cette pub body positive, plusieurs usagers d’Instagram ont tenu à faire part de leur mécontentement à travers des commentaires mettant en doute l’hygiène de la mannequin. D’autres, bien plus concis et dénigrants, se sont contentés de lâcher une pluie d’émojis qui vomissent ou de qualifier cette affiche de "dégoûtante" et "répugnante". Autrement dit, rien de nouveau sous le soleil patriarcal.

"Et pourquoi vous pensez que les poils sont grossiers ? On en a tous. Et si c’est sale sur une femme, pourquoi ça ne l’est pas sur un homme ?", soulève une abonnée dans les commentaires, à raison. Deux poids, deux mesures : voilà le triste constat auquel on aboutit face à cette polémique un brin redondante. En 2018, la marque de produits épilatoires Billie avait reçu un meilleur feedback des internautes après avoir inauguré une campagne où plusieurs modèles exposaient librement leur pilosité.

Publicité

On peut tout de même encourager Nike à poursuivre sur cette lancée inclusive. Dans l’espoir qu’un jour, peut-être, ce genre de détail anodin cessera de hérisser le poil des haters.

Par Florian Ques, publié le 22/05/2019

Copié

Pour vous :