L'art de la photo ratée par Erik Kessels

Erik Kessels célèbre la sérendipité et les ratés en photographie et nous offre le livre le plus décomplexant du monde de la photo : "Parfaites Imperfections : Comment transformer ses erreurs en idées géniales pour se planter en beauté". À l’occasion des Rencontres d’Arles où l'exposition du même nom sera présentée, nous avons voulu échanger avec lui.

Matt Stuart_NEWBONDSTREET

Erik Kessels est de ceux qui tordent le cou à la loi de Murphy, selon laquelle un accident ou une mauvaise chose en entraîne toujours un autre. Dans son essai décalé sur le courage d’échouer, cet alchimiste de la photo a regroupé les meilleurs travaux d'artistes qui ont choisi de travailler les imprévus et les erreurs.

"Si l’on en croit la sagesse populaire, l’échec, qu’il s’agisse d’une petite bévue, d’un fiasco total ou d’un ratage situé dans l’entre-deux, est de mauvais augure. S’il y a erreur, rien de bon ne peut en sortir."

Pour Kessels, flirter avec le désastre au nom de l'expérimentation est justement ce qui nous rendrait meilleurs.

Éloigner la peur d'être stupide

En glorifiant l'art de l'accident, ce guide d'inspiration qui mélange humour et philosophie permet d'intégrer cette nouvelle dimension à son travail : les erreurs nous libèrent et nous aident à résoudre les problèmes liés au processus de création. "Surprenez et éloignez la peur d'être stupide !" c'est le message de Kessels donné aux artistes, étudiants et amateurs pour échapper à l'assommante conformité de notre société. Rencontre avec cet artiste et curateur qui propose une manière radicalement nouvelle de penser nos ratés.

construction mistake 2_LR

Cheese : Comment avez-vous décidé de tourner les communément appelées "mauvaises photos" en travail artistique ?

Erik Kessels : De nos jours, toutes les technologies comme les appareils photo numériques, les logiciels sur nos ordinateurs nous permettent de gommer les imperfections. Même les caméras de nos téléphones tendent vers l’image parfaite, à tel point que nous avons même besoin d’application pour les rendre plus
« naturellement mauvaises ». Par exemple, on va mettre un film afin que l’image soit plus authentique. L’idée est de lutter contre cette perfection, car de mon point de vue, la perfection en tant que point de départ n’est pas intéressante. En tant qu’artiste, on a besoin de quelque chose qui dérange, qui perturbe un peu. Fuir les erreurs est une catastrophe, il faut mieux les embrasser et jouer avec !

À quel moment de votre vie avez-vous commencé à jouer avec les imperfections ?

E.K : Mon passé de designer et de directeur artistique m’ont fait évoluer dans une industrie où le standard est la perfection et c’est ce contre quoi j’essaie de lutter. Depuis longtemps, je regarde des images d’amateurs pour m’inspirer parce qu’ils sont moins tendus lorsqu’il s’agit de commettre des erreurs. Ils sont plus ouverts et moins perfectionnistes que les professionnels, c’est ce qui est intéressant. Et comme je cherchais depuis un moment à travailler avec des émotions, voilà d’où vient mon inspiration.

Matt Stuart_FIFTHAVENUE

C’est le reflet de votre philosophie de tourner les mauvaises choses en bonnes ?

E.K : Ce livre pluridisciplinaire est destiné aux architectes, designers, photographes, amateurs ou non, mais j’y parle surtout de la confiance qui est sous-estimée. J’y regroupe des outils que nous pouvons appliquer à différents métiers créatifs, pour ceux qui cherchent à créer des choses plus intéressantes. Les illustrations du livre montrent comment embrasser la sérendipité et les erreurs pour faire avec. Je le fais dans mon travail personnel depuis longtemps et c’est une chose à laquelle je pense dès que je commence à créer, alors oui, c’est une philosophie avec laquelle je vis !

André Thijssen_Namibia_LR

Quel est votre plus bel échec en photo ?

E.K : Cet été en famille, des amis se sont lancés le défi de photographier mon chien noir, ça a été un exercice extrêmement frustrant et amusant ! Sur une pellicule entière, il n’y avait qu’une seule photo sur laquelle je pouvais voir mon chien, tout le reste était foutu à cause de la surexposition ! C’était drôle et intéressant, cet exemple nous a fait beaucoup rire.

Quel mantra proposez-vous pour sortir de la perfection absolue ?

E.K : Les erreurs dans la société sont considérées comme une sorte de tabou, elles ne sont pas bonnes à être expérimentées. Mais vous devez être ouvert d’esprit et oser vous aventurer vers les erreurs ! Ça ne vient pas naturellement, mais si vous avez une idée pour une série photo ou pour un autre travail de création, il faut autoriser votre intuition à travailler. Parfois, le résultat semble nul ou complètement raté, mais c’est un challenge de faire quelque chose avec ! Alors mon mantra serait : Less Confident And Never Mind ! 

A-t-on envie de perfection après un livre sur l'imprévu et les imperfections ?

E.K : Dans le processus de création, vous pouvez embrasser les erreurs, mais à la fin quand vous finissez un projet, vous ne pouvez plus penser de la même manière. J’utilise souvent la métaphore du jardin devant la maison, et de l’arrière-cour. Devant votre maison, c’est comme un présentoir où vous avez regroupées les choses parfaites et abouties que vous avez créées.

Mais derrière, au fond du jardin dans l’arrière-cour, là où vous pouvez même courir tout nu car personne ne vous verra, c’est un gros bordel ! Vous pouvez faire des erreurs, des expérimentations. Mais quand vous trouvez quelque chose d’intéressant, vous pouvez le ramener à la maison. Vous le travaillez et une fois fini, vous pouvez l’ajouter devant votre maison.

Erik Kessels_Wonder_LR

Un conseil pour faire un pied de nez à la Loi de Murphy selon laquelle une mauvaise chose entraîne nécessairement une autre ?

E.K : Il faut mettre votre esprit sur « reset » et embrasser la sérendipité et les erreurs que nous essayons d’éviter. Finalement, il y aura toujours des créatifs qui parviendront à transformer des choses étranges, bizarres, erronées en quelque chose de bien. C’est la même chose dans la vie : tourner un moment mauvais en un moment moins mauvais fait sens, car vous n’avez plus rien à perdre, c’est gagnant-gagnant ! Je le répète, soyez ouvert d’esprit. Rien ne va, de soi, de mal en pis.

C’est une réaction de nos sociétés, avec nos technologies, de vouloir aller vers la perfection. Même si dans la vie il n’y a pas de parfaites solutions, c’est un chemin différent pour la création, tout peut se transformer. Mon idée est qu’une méthode, une idée, une manière de penser peuvent amener vers le meilleur.

Pour retrouver les paroles inspirantes d'Erik Kessels, découvrez son livre Failed It ! traduit en Français aux éditions Phaidon et ne manquez pas l'exposition "Parfaites Imperfections" du 4 juillet au 25 Juillet aux Rencontres d'Arles.

Cet article a été réalisé en partenariat avec Orange, qui fait fi de la Loi de Murphy avec un réseau mobile imbattable, dans toutes les épreuves de la vie. La preuve :

Et pour profiter du meilleur réseau mobile, c'est ici.

Par Laura Soret, publié le 08/07/2016