Banaliser l’acné à travers une série d’images, le défi de Peter DeVito

Un jeune photographe new-yorkais prend position contre l’utilisation permanente de Photoshop et réalise une série d’images inspirée du mouvement body positivism.

Étudiant à l’institut technologique de la mode à New York, Peter DeVito a récemment réalisé qu’il avait du mal à publier une image de lui sur les réseaux sociaux, sans l’avoir retouchée au préalable. Face à ce constat, il a décidé de prendre le contre-pied en réalisant une série d’images qui présente la peau sans fard : on y découvre boutons, rougeurs, bosses, points noirs et autres imperfections.

Les images prises en très gros plans mettent en avant l’épiderme sur lequel des inscriptions figurent en décalcomanie. On peut lire "Acne is normal", le mot "Retouch" barré un peu partout sur le visage ou encore des paroles du titre "Humble" de Kendrick Lamar qui déclare "en avoir marre de Photoshop". Photographier ces petits défauts est une nouvelle proposition esthétique, presque un geste politique, tant nous avons l’habitude de ne voir que des images lisses, sans défaut et photoshopées dans les publicités et sur les réseaux sociaux.

En montrant la peau comme une surface organique, qui a des pores, du duvet et du sébum, Peter DeVito nous reconnecte d’une certaine manière avec notre humanité. Une façon de contribuer au mouvement du body positivism qui prône l’acceptation de soi et la réappropriation de nos corps. Si demain nous arrêtons de nous plier à ces critères de beauté inatteignables, il se peut que les mentalités et les standards évoluent.

Au-delà du fait d’aborder la question de l’acné, le compte Instagram de Peter DeVito traite d’autres thématiques en images comme la libération du corps de la femme – on peut retrouver des images des tétons arborant le message "Free the nipple" – ou encore les clichés sur la masculinité. Un travail positif et inspirant, qui redonne confiance en soi.

Par Lisa Miquet, publié le 23/01/2018