Author banner

Par Orange

Parce que vos meilleures photos méritent d’être partagées, Konbini s’associe à Orange, le réseau mobile. Découvrez les plus grandes photos et leur histoire, inspirez-vous des photographes les plus talentueux, découvrez nos best tips pour pimper vos photos et récolter un maximum de likes. Say Cheese!

En décortiquant 25 ans de couvertures du magazine Vogue, une étude met en évidence le manque de diversité dans les magazines de mode.

© MyVoucherCodes

Dans une étude commandée par le site d’e-commerce MyVoucherCodes, le spécialiste des données Giuseppe Sollazzo a codé un algorithme pour analyser les couvertures de magazine de mode à travers le monde afin de réaliser un portrait-robot du "visage type de la mode". Pour cela, il a décidé de se concentrer sur le magazine Vogue, d’analyser les couvertures pour en extraire un visage international de la mode mais aussi une figure type pour chaque édition nationale : États-Unis, Russie, France, Japon, Brésil, Royaume-Uni et Italie.

Repérée par le site Peta Pixel, cette étude a été réalisée grâce à une méthode de calcul appelée "la triangulation de Delaunay" qui permet d’extraire les caractéristiques faciales de tous les mannequins et de voir quels sont leurs points communs. Les analystes de données ont ensuite placé des marqueurs – 68 au total – sur les zones clés de chaque visage pour déterminer la position des yeux, la distance par rapport aux sourcils ou encore la longueur du nez. À partir de ces recherches, ils ont été capables de modéliser "un visage de la mode international" et une figure type pour chaque pays dans lequel Vogue possède une édition.

Si nous nous doutions déjà que les visages de la mode étaient uniformisés, tant on voit toujours les mêmes types de physiques en couverture, les résultats de cette étude sont édifiants et nous laissent encore plus perplexes. Les différences entre les visages de la mode par édition et celle les "compilant" toutes sont extrêmement faibles : les images se ressemblent comme deux gouttes d’eau.

On remarque une surreprésentation des femmes caucasiennes puisqu’on ne voit pas de femmes noires, asiatiques, métisses ou encore arabes, ce qui est particulièrement déroutant pour des pays comme le Japon ou le Brésil. Au-delà de la couleur de peau, les traits du visage sont aussi similaires, de quoi nous questionner sur le manque de représentation et de diversité dans nos médias.

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes

© MyVoucherCodes