Pour prôner l’acceptation de soi, des hommes en surpoids ont recréé la dernière pub Calvin Klein

Une belle initiative pour lutter contre les diktats des corps parfaits.

Nous vous parlons régulièrement du mouvement du body positivism et de la manière dont les réseaux sociaux permettent de donner une représentation plus variée des corps, bien loin des standards des magazines. On a donc parlé de poils, de décolleté, de cellulite, d’acné et aujourd’hui, c’est à nouveau de poids dont il est question, mais pour une fois, la thématique est portée par des hommes.

Publicité

En effet, beaucoup plus soumis aux injonctions à la perfection, le corps de femmes est souvent épié, regardé, critiqué. On lui voue un culte de la minceur et de la jeunesse, et les normes érigées en standard par les marques et les médias sont la plupart du temps inatteignables. Et pourtant, même si c’est dans une moindre mesure, les hommes souffrent aussi de pression vis-à-vis de leur corps et les injonctions à la virilité peuvent être douloureuses : il faut être grand, fort, musclé, et avoir de la barbe.

C’est pour montrer qu’il existe aussi des hommes avec d’autres morphologies que le mannequin "grande taille" Darnel Ghramm a eu l’idée de réunir plusieurs hommes grâce au hashtag #wearebigandtall, qui signifie "nous sommes gros et grands" en français. Ensemble, ils ont recréé la publicité Calvin Klein sortie en décembre 2017 dans laquelle on voyait A$AP Rocky entouré de nombreuses autres célébrités. Avec des vestes en jean ouvertes et des biceps bien musclés, la photo – comme beaucoup d’autres – ne montrait qu’un seul type de corps.

Un besoin de représentations plurielles

Darnel Ghramm et les hommes qu’il a réunis ont donc posé en jean, dans des postures similaires à celles de la pub Calvin Klein, pour montrer que leurs corps à eux aussi sont beaux. Il explique sur son compte Instagram :

Publicité

"Ce n’est pas parce que nous sommes grands et gros que nous ne sommes pas aussi capables que les mannequins standards ou que nous ne devrions pas avoir les mêmes opportunités. Ce n’est pas pour cette raison que nous ne devrions pas être représentés ou respectés par la société dans laquelle nous vivons, parce que vous savez quoi ? Nous portons aussi des vêtements et nous avons aussi des styles qui tuent. […]

Je ne suis pas ici pour être "Le Standard". Je suis ici pour aller à l’encontre des normes de la vie et de l’industrie en étant simplement moi, pas un moule. Montrer et inviter les gens à s’aimer et à faire de leurs rêves une réalité, parmi toutes les critiques et les "non". Tout est possible et j’en suis un exemple."

Une prise de parole nécessaire : si de nombreuses femmes luttent contre ces diktats et que des mannequins comme Ashley Graham deviennent des égéries du body positivism, les prises de parole masculines sur cette thématique restent encore peu présentes. Les réseaux sociaux représentent, pour eux aussi, un nouveau terrain fertile pour repenser les codes de la virilité.

Publicité

Par Lisa Miquet, publié le 19/03/2018

Copié

Pour vous :