Via le compte Instagram d’Adut Akech.

Adut Akech s'insurge contre un magazine qui l'a confondue avec une autre mannequin noire

"Cela prouve à quel point les gens sont tellement ignorants qu'ils pensent que toutes les filles noires se ressemblent."

La mannequin australo-soudanaise Adut Akech, qu’on peut voir sur la couverture du mois de septembre du Vogue britannique imaginée par Meghan Markle, faisait la semaine dernière l’objet d’un article dans la publication australienne Who Magazine.

Dans un entretien, la jeune femme prenait position sur "la façon dont sont vu·e·s les réfugié·e·s et l’attitude des gens envers les couleurs de peau en général". Malheureusement, à côté de son témoignage dénonçant le racisme, le magazine a imprimé la photo d’une jeune femme noire qui n’est absolument pas Adut Akech, mais la modèle Flavia Lazarus, noire également. La légende indique pourtant bien le nom de la première.

Publicité

Adut Akech et Flavia Lazarus. (Via Instagram)

Révoltée, la jeune femme a tenu à s’exprimer sur son compte Instagram, dénonçant le racisme ambiant de la société australienne mais aussi des domaines de la mode et des médias. "Je pense que ce ne serait pas arrivé avec une mannequin blanche", a déclaré Adut Akech, qui déplore également l’ignorance crasse de celles et ceux qui "pensent que toutes les filles noires et toutes les personnes d’origine africaine se ressemblent".

Voir cette publication sur Instagram

I’ve have given some deep thoughts the past few days on how to approach this situation that isn’t sitting well with me.  For those who are not aware, last week @whomagazine (Australia) published a feature article about me. In the interview I spoke about how people view refugees and peoples attitude to colour in general. With the article they published a large photo saying it was me. But it was of another black girl. This has upset me, has made me angry, it has made me feel very disrespected and to me is unacceptable and inexcusable under any circumstances. Not only do I personally feel insulted and disrespected but I feel like my entire race has been disrespected too and it is why I feel it is important that I address this issue. Whoever did this clearly the thought that was me in that picture and that’s not okay. This  is a big deal because of what I spoke about in my interview. By this happening I feel like it defeated the purpose of what I stand for and spoke about. It goes to show that people are very ignorant and narrowminded that they think every black girl or African people looks the same. I feel as though this would’ve not happened to a white model. My aim for this post is not to bash Who Magazine -they have apologised to me directly - but I feel like I need to express publicly how I feel. This has deeply affected me and we need to start an important conversation that needs to happen. I’m sure that I’m not the first person that’s experienced this and it needs to stop. I’ve been called by the name of another models who happens to be of the same Ethnicity, I find it very ignorant, rude and disrespectful towards both of us simply because we know that this doesn’t happen with white models. I want this to be somewhat of a wake up call to people within the industry it’s not OK and you need to do better. Big publications need to make sure that they fact check things before publishing them especially when its real stories and interviews and not just some made up rumors. To those who work at shows and shoots it’s important that you don’t mix up models names. Australia you’ve a lot of work to do and you’ve got to do better and that goes to the rest of the industry

Une publication partagée par Adut Akech Bior (@adutakech) le

Publicité

"J’ai beaucoup réfléchi ces derniers jours à la façon dont gérer cette situation, qui a vraiment du mal à passer.

Pour celles et ceux qui ne sont pas au courant, la semaine dernière, le magazine australien Who Magazine a publié un article sur moi. […] Avec l’article, ils ont publié une photo, en disant que c’était moi. Mais c’était une autre fille noire.

Ça m’a perturbée, ça m’a mise en colère, j’ai eu l’impression qu’on me manquait vraiment de respect et pour moi, c’est inacceptable et inexcusable en toutes circonstances. Non seulement, je me sens moi-même insultée et méprisée mais j’ai aussi l’impression que ce sont toutes les personnes noires qui sont méprisées de la sorte et c’est pour ça que je veux m’exprimer sur le sujet.

La personne qui a fait ça a clairement cru que c’était moi sur cette photo et ce n’est pas acceptable. C’est un gros problème parce que c’était le sujet de mon entretien. Cet acte a complètement anéanti le propos même de ce dont je parlais et ce pour quoi je m’élevais. Cela prouve à quel point les gens sont tellement ignorants et fermés d’esprit qu’ils pensent que toutes les filles noires et toutes les personnes d’origine africaine se ressemblent.

Je pense que ce ne serait pas arrivé avec une mannequin blanche. Le but de cette publication n’est pas de cogner sur Who Magazine – ils se sont déjà excusés auprès de moi – mais je ressens le besoin de m’exprimer publiquement. J’ai été profondément affectée par cela et nous devons avoir une conversation importante sur ce qui doit se passer. Je suis sûre que je ne suis pas la seule personne qui a vécu ça et ça doit s’arrêter. On m’a plusieurs fois appelée par le nom d’autres mannequins qui avaient la même appartenance ethnique que moi – c’est une preuve d’ignorance, d’impolitesse et de manque de respect pour moi comme pour elles, parce qu’on sait bien que ça n’arriverait pas à des mannequins blanches.

J’aimerais que cela sonne comme une prise de conscience pour les gens qui travaillent dans ce business : c’est inacceptable et vous devez mieux faire. Les publications à gros tirage doivent vérifier les faits avant de les imprimer, d’autant plus qu’il s’agit d’histoires vraies et d’entretiens, et pas de rumeurs. Pour celles et ceux qui travaillent pour les défilés et les séances photo, c’est important que vous ne mélangiez pas les noms des mannequins. Chère Australie, tu dois vraiment t’améliorer et ce message est valable pour tout le reste de l’industrie."

Publicité

Le magazine s’est rapidement excusé mais, pour Adut Akech, cette "erreur" est symptomatique d’un manque de respect bien plus général de la presse, de la mode et de la société en général vis-à-vis des personnes noires. De nombreuses célébrités et anonymes ont salué la prise de position de la mannequin et affirmé avoir vécu le même genre d’histoires. C’est en faisant monter ainsi les vagues de révolte et de mécontentement qu’on espère voir les choses changer. 

Par Lise Lanot, publié le 26/08/2019

Copié

Pour vous :