© Nasa

Le "ballet majestueux" d’une fusion galactique immortalisé par un télescope de la Nasa

En attendant la collision de notre Voie lactée avec Andromède, la Nasa a partagé la collision dite "de la Méduse".

Le télescope spatial Hubble a immortalisé NGC 4194, une "collision cosmique permanente entre deux galaxies" aussi connue sous le nom de "fusion de la Méduse". Comme son nom l’indique, cette dernière était auparavant composée de deux entités distinctes.

Située à 130 millions d’années-lumière de la Terre, dans la constellation de la Grande Ourse, la fusion de la Méduse doit son nom à la célèbre Gorgone de la mythologie grecque qui pétrifiait quiconque osait poser son regard sur elle. Les jets d’étoiles et de poussière projetés dans l’univers par une des deux galaxies évoquent la chevelure composée de serpents de Méduse. Comme d’habitude lorsqu’il s’agit d’images de l’espace, celle partagée par la Nasa a été colorisée afin de donner plus d’informations sur ce que l’on regarde.

Publicité

(© ESA/Hubble et la NASA/A. Adamo)

Bien qu’impressionnant, ce genre de collision n’est pas si rare et survient lorsque deux galaxies s’attirent mutuellement grâce à leur force gravitationnelle. Ces collisions ne sont pas forcément violentes, comme l’explique la chaîne YouTube Du Big Bang au vivant :

 "Ce ne sont pas des objets solides qui vont se fracasser l’un contre l’autre. N’oublions pas qu’une galaxie, c’est en fait des étoiles essentiellement réparties dans presque du vide qui vont s’interpénétrer lentement, se croiser dans un ballet majestueux. Parfois, elles vont rester fusionnées, parfois elles vont se traverser en changeant de forme et donner des choses magnifiques.

Ces collisions […] jouent un rôle important dans la construction des étoiles et des atomes. Notre corps est composé, comme nous le savons, en grande partie d’atomes d’oxygène. On sait maintenant que l’oxygène est fabriqué surtout par les étoiles géantes bleues qui viennent en partie de collisions de galaxies." 

Publicité

Ces collisions rappellent qu’il n’y a pas de création sans éventuelles destructions de ce qui était connu. Notre Voie lactée devrait également subir une fusion, cette fois-ci avec Andromède. Pas d’inquiétude cependant, cela ne devrait pas survenir avant 4,5 milliards d’années.

Par Lise Lanot, publié le 14/10/2019

Copié

Pour vous :