Anna and Ali chasing and shooting at another rider while playing Mogu, a traditionnal Korean game (also called Gigu (氣毬)) in which one person on horseback goes ahead dragging a ball made of bush clover and wrapped with animal.

Brice Portolano nous emmène au plus près des chevaliers d'Iran

Entre passion pour les arts martiaux médiévaux, compétitions de tir à l'arc à cheval et entraînements avec des pur-sang arabes, voici le quotidien d'Ali et Anna, deux chevaliers en Iran. 

Anna et Ali tirant sur un autre chevalier en jouant au Mogu, un jeu coréen traditionnel (aussi appelé Gigu). (© Brice Portolano)

Persian Rush, c'est la nouvelle série signée Brice Portolano, un photographe français habitué aux grands espaces. Pour cette série, il a choisi l'Iran, un pays dans lequel il a documenté le quotidien de deux chevaliers passionnés par le tir à l'arc à cheval et par les arts martiaux médiévaux : Anna et Ali. On revient sur l'histoire de deux vies, racontée par ce jeune photographe qui a immortalisé leurs entraînements et leurs couchers de soleil.

Publicité

Il était une fois en Iran

Publicité

"Ces montagnes sont mon royaume, à cheval je peux aller où je veux", confie Ali, 43 ans, à Brice. Effectivement, cet ancien professeur d'art à l'université de Téhéran est sacré double champion du monde de tir à l’arc à cheval. Il a quitté la ville il y a quelques années pour s’entraîner au cœur de steppes désertiques qui surplombent Téhéran. Brice rapporte une remarque faite par Ali :

"Certains de mes proches n’ont pas compris mon besoin de partir, ils m’ont conseillé d’arrêter les arts martiaux pour me consacrer à un mode de vie plus classique."

Même si ses proches n'ont pas compris son changement de vie, depuis qu'il a quitté la ville, Ali s'occupe de gérer des écuries appartenant à un homme d'affaires et qui abritent des chevaux mis en pension par de riches hommes de Téhéran. "Un peu comme on mettrait une voiture de sport dans un garage", nous dit Brice Portolano. Du luxe, en un mot. Ali reçoit un jour un message de la part d'Anna, une étudiante en kiné de 21 ans, vivant à Helsinki :

"M. Ghoorchian, je viens de tomber sur des photos de vous pratiquant le tir à l’arc à cheval et j’aimerais apprendre vos techniques. Puis-je venir en Iran pour vous rendre visite ? Cordialement, Anna."

En quelques semaines, Anna deviendra son élève la plus brillante. Il faut dire qu'elle était habituée à voyager à travers la Finlande pour faire chauffer son épée lors de compétitions d'archerie équestre. En Iran, c'est plus compliqué, elle doit chevaucher des pur-sang arabes "rapides et nerveux", précise Brice, dans le seul but de remporter les championnats du monde de tir à l’arc à cheval qui auront lieu en Corée du Sud. Mais le temps est compté." Il poursuit :

"L'archerie équestre est reconnue et soutenue par l’UNESCO, elle est pratiquée dans la région depuis plus de 3 000 ans, comme en témoignent des peintures rupestres du Lorestan, une région au sud de Téhéran. La discipline reste encore peu connue du grand public mais elle commence depuis quelques années à compter un nombre croissant d’adhérents en Asie et en Occident."

Ali n'a que quelques mois pour tout inculquer à Anna. Et Brice a documenté l'entraînement intensif d'Anna avant sa participation aux championnats du monde de septembre 2016. Il décrit cette discipline comme étant "particulièrement dangereuse et riche en sensations fortes", mais ses images solaires contrastent en ajoutant un peu de douceur à la violence. Elles donnent des allures de contes de fée aux destins de ces deux personnages.

Anna walking next to her horse after she got down to pick up arrows she shot during her training.

Anna marchant avec son cheval après avoir été cherché les flèches qu'elle a utilisées durant son entraînement. (© Brice Portolano)

Anna in the stables making contact with the horse she'll train with later that day.

Anna dans l'étable, tissant un lien avec le cheval qu'elle entraînera plus tard dans la journée. (© Brice Portolano)

Publicité

Ali's son brushes a poney's hair near the stables, under an apricot tree. He lives in Tehran with his mother but he regularly comes here to visit his father with his brother.

Le fils d'Ali brosse un poney à côté des étables, sous un abricotier. Il vit à Téhéran avec sa mère mais il vient souvent ici pour rendre visite à son père et à son frère. (© Brice Portolano)

At the end of a hot afternoon, Ali drinks a glass of tea before going training.

À la fin d'une après-midi chaude, Ali boit un thé avant d'aller s'entraîner. (© Brice Portolano)

Ali screams as he plays Mogu, a traditionnal Korean game (also called Gigu (氣毬)) in which one person on horseback goes ahead dragging a ball made of bush clover and wrapped with animal. Mogu was developed in Yo dynasty (A. D. 947) and in Joseon, it was first played in Gyeonghoeru in 1424(the 6th year of king Sejong).

Ali crie en jouant au Mogu. (© Brice Portolano)

Publicité

Anna and Ali riding their horse on gallop at the top of the hills as the sun sets. The Alborz mountains, a high mountain range of northern Iran can be seen in the background.

Anna et Ali se baladant à cheval sur les collines au moment du coucher de soleil. On peut voir en fond l'Elbourz, une grande chaîne de montagnes du nord de l'Iran. (© Brice Portolano)

Anna shoots at a watermelon and misses it by 1,5 meter. Her goal is to master all different traditionnal fighting arts used in Persian and Iranian history.

Anna tire sur une pastèque et manque sa cible de 1 mètre 50. Son but est de maîtriser tous les arts du combat traditionnel, dans l'Histoire perse et iranienne. (© Brice Portolano)

Ali shows Anna how to make a horse rear up in a dusty arena near the stables.

Ali montre à Anna comment faire cabrer un cheval dans une arène poussiéreuse à côté des étables. (© Brice Portolano)

Anna shooting an arrow at Ali as she wears a kolahxud, a traditionnal Persian warrior helmet.

Anna tire une flèche à Ali en portant un kolahxud, un casque perse traditionnel destiné au combat. (© Brice Portolano)

Anna cuddling with a puppy in the Alborz mountains while Ali prepares some tea.

Anna câlinant un chiot sur l'Elbourz pendant qu'Ali prépare du thé. (© Brice Portolano)

Ali gallops with his horse while holding his sword in the air before trying to slice an eggplant attached to a stick in the sand. His horse used to belong to Saddam Hussein's army.

Ali galope sur son cheval avec son épée en l'air, prête à découper une aubergine sur son passage. Son cheval appartenait à l'armée de Saddam Hussein. (© Brice Portolano)

Anna rides Gustaw, a pure arabian horse worth several tens of thousands euros. He won several horse beauty contests in the past but is now left in the boarding stables of Ali and rarely trained by the owners.

Anna galope sur Gustaw, un cheval pur-sang arabe qui coûte des dizaines de milliers d'euros. Il a gagné plusieurs concours de beauté pour chevaux dans le passé mais maintenant il est dans les étables d'Ali et part rarement en entraînement. (© Brice Portolano)

Anna watching Ali riding a horse with which she had a few difficulties after a tough training day.

Anna regarde Ali sur son cheval avec lequel elle a rencontré quelques difficultés après une dure journée d'entraînement. (© Brice Portolano)

Anna and Ali riding their horse at the top of the hills as the sun sets. The Alborz mountains, a high mountain range of northern Iran can be seen in the background.

Anna et Ali à cheval sur une colline pendant un coucher de soleil. (© Brice Portolano)

Vous pouvez suivre son travail sur Facebook et Instagram.

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 07/12/2016

Copié

Pour vous :