© Marie Rouge

C'est quoi un bon photographe de soirée ? On a demandé à 4 artistes noctambules

Comment capter les différentes phases de la danse, saturées d’excès, de joie, de sueurs ou de substances euphorisantes ?

Ils arpentent les dancefloors et les fumoirs, traquent le bon moment dans la pénombre, commissionnés par les orga', ou à l’affût d’une bonne image pour leur plaisir… Toute une génération de photographes dédie ses nuits aux corps en fête. Moment de musique vécu, la fête est par excellence un moment de culture collectif et éphémère.

On a voulu comprendre comment travaillent les meilleurs photographes de la nuit, artisans essentiels pour nos souvenirs. On a demandé à un journaliste spécialiste des scènes électroniques et à quatre photographes nocturnes aux styles bien différents de nous raconter leurs visions de la photo de fête. Et à l’ère d’un renouveau de la nuit parisienne, ne vivrait-on pas un âge d’or de la photo de soirée ?

Publicité

© Marie Rouge

L’amour (de la fête) dans l’objectif

"Je vais au milieu des danseurs, ceux qui sont là pour ça. Je sais que je vais pouvoir les suivre pendant toute la soirée et trouver les images que je cherche." Cha Gonzalez écume les nuits depuis bientôt dix ans. Le regard de la photographe est attiré par ceux et celles qui, comme elle, sont là pour se défouler. "J’ai plus de mal avec la team cuisine et ceux qui restent au bar parce que mon travail se focalise sur l'abandon plus que sur la représentation sociale."

Marie Rouge, photographe des soirées lesbiennes Barbieturi(x) depuis 2013, cherche en priorité la tendresse : "J’aime bien l’idée d’avoir été témoin de la liberté d’aimer." 

Publicité

© Cha Gonzalez

Thomas Smith se définit lui comme un explorateur de la nuit, depuis 2011. Sur son blog et son compte Instagram The Party Diary, il entasse pêle-mêle les souvenirs de soirée underground et les événements mode.

Pour lui, être un bon photographe de soirée : "C’est capter les moments de grâce, quand les gens sont beaux. Quand les gens s’amusent, ils sont beaux." Public en fête, ne cherchez donc pas à sourire absolument ou à paraître sous votre meilleur jour, les photographes travaillent mieux quand vous êtes juste heureux.

Publicité

© Marie Rouge

Alors faut-il être en adéquation complète avec le style esthétique, la musique, de la soirée pour faire de belles images ? Pour nos photographes, non, même si cela aide bien à se mettre en condition. Noctambule sobre, Cha Gonzalez évalue la qualité de son travail à l’aune de la qualité de la musique jouée : "Pour que j’arrive à faire de bonnes images, il faut que je danse moi-même et comme je ne prends rien, il faut que la musique soit bonne."

Archivistes d’un moment de culture

À quel point le photographe de soirée est-il en fait lui-même un noctambule ? Pour Jean-Yves Leloup, journaliste et commissaire de l’exposition "Électro", "ce sont des gens qui participent, qui font partie d’une génération, et qui veulent s’inscrire dans un mouvement. En tout cas chez les plus fervents, comme Cha Gonzalez et Jacob Khrist".

Publicité

© Cha Gonzalez

Depuis que les fêtes existent, le besoin d’en garder le souvenir aussi, des croquis d’Henri de Toulouse-Lautrec au XIXe siècle aux archives des années rave, immortalisées en France par Olivier Degorce.

"En soi, ce ne sont pas des travaux révolutionnaires dans l’histoire de la photographie. Ce sont des artistes qui font le portrait d’une époque à travers les corps et les visages tels qu’ils apparaissent la nuit. Ils s’inscrivent pour moi dans une tradition humaniste de la photographie.

Des photos de Bill Bernstein à Jacob Khrist, il y a des invariants : des créatures de la nuit, la fatigue, des visages qui racontent l’époque", résume Jean-Yves Leloup. 

© Thomas Smith

Ce qui fait la différence entre une approche artistique de la photo de nuit et une tradition plus mondaine ou centrée sur la pose, c’est l’attention portée aux anonymes, à la foule. Pour Leloup, cette attention au public est intrinsèque aux idéaux, tantôt hédonistes ou plus libertaires, portés par les musiques électroniques. Dans les fêtes queers et LGBTQ+, où la nuit est traditionnellement un moment de réunion et d’expression, la photo a pleinement une fonction de mémoire collective. De nombreux jeunes photographes y ont fait leurs armes et émergent par ce sujet.

Pourtant, dans cette foule de festifs·ves, on peut souvent reconnaître les mêmes visages d’habitué·e·s photogéniques ou de figures emblématiques. La photo de nuit serait-elle uniquement au service de la représentation de la jeunesse et des créatures les plus exubérantes ? "Une soirée réussie, c’est une soirée qui fédère le plus possible des gens qui n’ont rien à voir [les uns avec les autres]. Ça ne se voit pas forcément dans mes photos, mais justement ça manque", regrette Cha Gonzalez.

Flashs sous les spotlights

© Cha Gonzalez

Avec un héritage de presque quarante ans de clichés de scènes électroniques, riches de différentes ambiances, looks et techniques photo, on ressort avec un panel de possibles très riche pour immortaliser la fête. En Angleterre, une exposition estivale rendait hommage aux photographes qui ont immortalisé les premières rave parties.

Parallèlement aux DJs qui ont inventé de nouvelles mélodies et manières de faire la fête à cette époque "rave", les photographes ont, eux, imaginé les esthétiques pour les représenter :

"Souvent, le développement d’une technologie va avec le développement d’une esthétique, d’une génération d’artistes. Ce qui se passe très certainement aujourd’hui, c’est une influence des technologies.

Il y a une démocratisation, de la photo numérique et une démocratisation de sa diffusion à travers les réseaux sociaux. Les appareils photo sont beaucoup plus sensibles à la nuit, ce n’était pas si facile avant. Avec le numérique, on peut crever la nuit, crever l’obscurité", relève Jean-Yves Leloup.

© Rainer Torrado

Marie Rouge travaille principalement en club, un terrain qui explique sa palette riche : "J’aime quand il y a plusieurs sources de couleurs différentes et bien sûr, le nec plus ultra, c’est la boule disco. Ce qui est plutôt chouette c’est que les gens commencent à comprendre qu’on n’est pas obligés de faire la fête dans un lieu super dark."

Même avec les progrès de la technologie, maîtriser la lumière reste un enjeu :"Les mauvaises conditions, j’adore ça", s’amuse Cha Gonzalez. Elle explique : "Ça laisse jouer le hasard. Quand les lumières passent vite et que je compose mon cadre à tâtons, dans le noir, c'est une sorte de perte de contrôle que j'aime." La photographe excelle véritablement dans les lumières constantes du petit matin, les afters de free parties ou du squat Le Péripate lui ont offert ses plus belles images, "les plus tableaux".

© Thomas Smith

L’attachement de Cha Gonzalez aux squats ancre aussi physiquement les moments d’histoire culturelle saisis. Pour Thomas Smith, "c’est plus agréable quand on n’est pas serrés dans une boîte". "Mon endroit préféré l’année dernière, c’était le Consulat. Il y avait de l’espace, une population variée, lookée et un grand fumoir."

Le choix du boîtier est aussi déterminant que l’éclairage du lieu. Thomas Smith alterne argentique et numérique : "Souvent, je prends les deux sur moi et je mets la pellicule au moment où j’arrive." Il travaille encore parfois au flash, et au noir et blanc quand les couleurs sont trop nombreuses :

"J’ai commencé avec mon 400 D donc pour faire des photos la nuit, je n’avais pas trop le choix. Et puis je me suis rendu compte que ça faisait une grande partie de l’interaction avec la personne, ça crée un rythme. Tu peux, d’un coup, mettre en avant quelque chose de complètement caché. Ça permet aussi d’être beaucoup plus rapide."

Montrer ou suggérer l’extase ?

À défaut de pouvoir vraiment dire ce qu’est un·e bon·ne photographe de soirée, chacun peut dire ce qui lui semble être totalement contraire à son éthique de la nuit. "Ce qui n’est pas un bon photographe de la fête pour moi : celui qui va mettre un énorme coup de flash dans la gueule des gens, ou celle qui, à 6 heures du matin, va éclairer la moitié de la salle avec une lumière continue pendant dix secondes pour en faire trois clichés", explique Rainer Torrado qui tient le compte Instagram Generation XXY.

Le jeune homme revendique un cadrage parcellaire, par amour de ce qui se joue d’intime dans la fête : "Ma démarche est volontairement plus furtive, plus rapide aussi. […] Moins je montre, plus tu vas donner ton propre sens à ce que tu vois, comme dans un film de David Lynch."

© Rainer Torrado

C’est bien parce que le photographe de la nuit est une figure à part entière qu’il peut capter des images uniques et avoir cette relation de confiance avec le public. "Ce qui est hyper important, c’est de ne pas être intrusif", explique Cha Gonzalez. "Un bon photographe de la fête, c’est quelqu’un qui respecte la dignité de tout le monde, qui se met à leur place, qui a de l’empathie." Elle poursuit :

"Les photos de soirée trash où les gens sont visiblement dans un état second, ça ne m’intéresse pas… C’est aussi du vrai, mais c’est comme ceux qui ne font que des photos des voitures qui brûlent dans les manifestations… C’est vrai mais ce n’est pas tout."

© Cha Gonzalez

Pour Jean-Yves Leloup, "si on ne voit que des gens qui s’amusent, ça n’a pas beaucoup d’intérêt". "Ce travail artistique doit montrer une forme d’humanité, dans ses différents aspects, que ce soit la drogue, la fatigue, la déchéance ou la joie." Rien ne peut de toute façon se passer sans l’accord du public.

Dans les soirées techno de La Toilette, Thomas Smith voit tout, et le public de la soirée, habitué à sa présence, est demandeur de ses images : "Ça me fait plaisir, c’est comme s’ils me soutenaient dans leur immortalisation. Parfois ils ne font même plus attention à moi."

Conclusion ultime de ce qu’est un bon photographe de la nuit, les souvenirs qui sont laissés appartiennent autant à son auteur·rice qu’aux sujets : "Les photos que je prends unissent, ça crée une communauté. Et peut-être qu’à la longue, les gens se connaissent et peuvent faire aussi des projets le jour."

© Marie Rouge

© Thomas Smith

© Cha Gonzalez

Par Apolline Bazin, publié le 20/11/2019

Copié

Pour vous :