Sur la trace des distributeurs automatiques japonais avec Eiji Ohashi

Pour Eiji Ohashi, les distributeurs automatiques de boissons sont une incarnation physique de la mentalité japonaise. Un projet surprenant à découvrir.

Kutchan, Hokkaido, avril 2017. (©Eiji Ohashi, avec l’aimable autorisation de la galerie &co119)

Un soir, alors qu’il rentrait chez lui au beau milieu d’une tempête de neige, le photographe japonais Eiji Ohashi a utilisé les distributeurs automatiques de boissons qui balisaient son chemin pour se guider et arriver sain et sauf à destination. Ce jour-là, il se dit que ces machines brillaient pour lui, et décida alors de leur consacrer le reste de sa vie.

Publicité

En effet, depuis cette expérience, Eiji Ohashi voyage dans tout le Japon pour immortaliser les distributeurs, n’hésitant pas à aller débusquer les emplacements les plus improbables. Entreprise plutôt aisée au pays du Soleil-Levant, puisqu’il y a des distributeurs dans tous les coins de rue, du centre animé de Tokyo jusqu’à la route de campagne la plus isolée. Ces simples machines symbolisent tout un mode de vie des Japonais, qui tentent d’être toujours plus pragmatiques et efficaces. Pour l’artiste, ces distributeurs seraient même à l’image de la mentalité du pays, il explique :

"La mentalité sérieuse et très méthodique des Japonais a été un facteur clef dans la prolifération des distributeurs automatiques, mais ces mêmes qualités contribuent en même temps à rendre la société japonaise oppressante et suffocante. […] Cette recherche se poursuit en permanence, mais nous n’avons pas besoin de ce degré de facilité pour vivre. Plutôt, nous devrions rechercher ce qui est le fondement du bonheur, maintenant que nous avons atteint un tel degré de confort."

Il explique aussi que comme les hommes, ces machines doivent faire preuve de rentabilité. Il est donc courant qu’elles disparaissent. Le photographe a remarqué leur disparition en retournant dans certains endroits isolés. Si son projet peut au premier abord sembler surprenant, c’est finalement pour lui une manière de mettre en lumière certains défauts de la société japonaise. Il finit par déclarer : "Un des messages que je voudrais transmettre dans mon travail, est mon rêve d’un monde où chacun pourrait briller", clôturant son œuvre avec une touche d’optimisme. Pour la première fois en Europe, une exposition personnelle de l’artiste est organisée à la galerie &Co119 à Paris. L’occasion de découvrir ses images et ne plus voir les distributeurs automatiques du même œil.

Publicité

Urakawa, Hokkaido, juin 2016. (©Eiji Ohashi, avec l’aimable autorisation de la galerie &co119)

Takino, Sapporo, Hokkaido, décembre 2015. (©Eiji Ohashi, avec l’aimable autorisation de la galerie &co119)

Haruka-yama, Otaru, Hokkaido, février 2014. (©Eiji Ohashi, avec l’aimable autorisation de la galerie &co119)

Publicité

Eiji Ohashi, "Roadside Light" jusqu’au 1er février à la galerie &co119 à Paris.

Par Lisa Miquet, publié le 24/01/2018

Copié

Pour vous :