featuredImage

De mignons petits cochons, stars de la nouvelle campagne de Gucci

Des cochons et du Gucci, une alliance étonnante.

(© Frank Lebon pour Gucci)

En ce moment, les cochons de compagnie ont le vent en poupe. De Miley Cyrus à Ariana Grande, de nombreuses personnalités ont adopté et accueillidans leur foyer ces animaux de compagnie peu communs. Ces petites bêtes sont en train de détrôner le typique "chihuahua des stars". Et ça, Gucci l’a bien compris. En effet, après avoir récréé l’Arche de Noé avec plein d’animaux sauvages et mis en scène Harry Styles avec des porcelets et des agneaux, Gucci a remis le couvert pour sa dernière campagne, mais cette fois-ci, avec des cochons.

Le directeur de création de la marque, Alessandro Michele, a laissé parler son obsession et leur a consacré un shooting entier où ils sont au centre de l’attention (au revoir, Harry Styles). Derrière l’appareil photo et le flash (surtout), Frank Lebon propose une esthétique à la Martin Parr. Les modèles aux attitudes bien sophistiquées portent les dernières créations de l’enseigne et posent aux côtés de cochons de tous types : bébés ou adultes, noirs, marrons, roses, ou tachetés…

(© Frank Lebon pour Gucci)

Ils sont mis en scène sur les bancs de Central Park, sur des draps soyeux d’une chambre d’hôtel cossue, à table, groin au vent à la fenêtre d'un taxi ou attachés à une laisse dans les rues de Manhattan. Les 35 accessoires et pièces de la collection sont également bien mis en évidence. Parmi ces pièces, on note l’imprimé des Trois petits cochons de Walt Disney, une belle référence.

Comme le fait remarquer Dazed, cette campagne survient quelques semaines avant le Nouvel An chinois, le 5 février prochain, qui marque l'entrée dans l’année du cochon, et la maison de couture a voulu marquer le coup. Attendrissant.

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

(© Frank Lebon pour Gucci)

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 14/01/2019

Copié