© Riverboom

À Deauville, le festival photo Planche(s) Contact ouvre ses portes ce week-end

En dix ans, Deauville s'est constitué une collection photographique conséquente en lien direct avec son territoire.

Pour sa dixième édition, le festival de créations photographiques de Deauville Planche(s) Contact continue d’inviter des artistes à créer des projets inédits inspirés par ce territoire entre terre et mer. Comme chaque année depuis 2010, des photographes sont invité·e·s en résidence afin de plancher sur "leur vision d’une ville, devient un observatoire des territoires et de leurs évolutions, des côtes normandes aux grandes villes à proximité, en passant par les paysages du pays d’Auge", une région naturelle située entre le Calvados et l’Orne. Ainsi, chaque édition donne à voir les environs normands sous une lumière différente.

Cette année, à la suite de Peter Lindbergh, Peter Knapp et Roger Schall, c’est le photographe de mode et réalisateur sud-africain Koto Bolofo qui exposera ses images (dont certaines sont inédites) sur la plage deauvillaise.

Publicité

"Entre les hommes et la mer". (© Abdoulaye Barry/Festival Planche(s) Contact 2019)

En sus des œuvres de ce photographe de mode de renom, Planche(s) Contact rend hommage au cinéaste français Claude Lelouch, invité d’honneur du festival, qui réalisera des images de la ville et les diffusera au cours des semaines à venir.

À ses côtés, six photographes – Larry Fink, Carole Bellaïche, Nicolas Comment, Alisa Resnik, Klavdij Sluban et le collectif de reporters de guerre Riverboom – sont invité·e·s à raconter en images leur perception de cette ville de la côte normande.

Publicité

"Et au milieu coule la rivière". (© Riverboom/Festival Planche(s) Contact 2019)

Afin de célébrer la jeune production photo et de poursuivre la mise en place d’un vivier de création artistique territoriale, le festival laisse également la place à cinq jeunes talents selectionné·e·s parmi une centaine de candidat·e·s.

Abdoulaye Barry, Gregory Dargent, Chau-Cuong Lê, Jean-Charles Remicourt-Marie et Julia Vogelweith présenteront à partir du 19 octobre prochain les résultats de leurs résidences, livrant une multitude de démarches (qu’il s’agisse de portraits, d’images documentaires ou de récits photo), de langages et de visions complémentaires.

Publicité

Grâce à la dizaine d’éditions du festival, la collection de la ville a déjà été augmentée de plus de 700 œuvres, devenant ainsi "la plus importante collection de photographie contemporaine de Normandie". Une belle façon de mettre à l’honneur des artistes de différents horizons tout en exaltant la région.

© Carole Bellaïche/Festival Planche(s) Contact 2019

© Chau-Cuong Lê/Planche(s) Contact 2019

Publicité

"Deauville entre les pages". (© Klavdij Sluban/Festival Planche(s) Contact 2019)

"L’Échappéée". (© Grégory Dargent/Festival Planche(s) Contact 2019)

"Je voulais enfermer la brume". (© Jean-Charles Remicourt-Marie/Festival Planche(s) Contact 2019)

"On verra mes yeux". (© Julia Vogelweith/Festival Planche(s) Contact 2019)

© Koto Bolofo/Festival Planche(s) Contact 2019

"Liberty and Hoofbeats". (© Larry Fink/Festival Planche(s) Contact 2019)

"Low Season". (© Alisa Resnik/ Festival Planche(s) Contact 2019)

© Nicolas Comment/Festival Planche(s) Contact 2019)

"Et au milieu coule la rivière…". (© Riverboom/Festival Planche(s) Contact 2019)

Planche(s) Contact, le festival de créations photographiques de Deauville est visible du 19 octobre 2019 au 5 janvier 2020.

Konbini, partenaire de Planche(s) Contact.

Par Lise Lanot, publié le 18/10/2019

Copié

Pour vous :