Des internautes achètent des avatars 3D de leur ex pour réaliser leurs fantasmes

À partir de photos de leur ex, des internautes commandent des modèles 3D pornographiques à des graphistes rémunérés.

Le problème avec la technologie, c’est qu’elle peut servir des projets innovants, mais aussi des causes beaucoup moins nobles. La réalité virtuelle, par exemple, permet de concevoir des jeux vidéo absolument géniaux… Mais aussi des pornos beaucoup trop réalistes. Avec l’apparition de la VR, des amateurs de graphisme en 3D se sont spécialisés dans la conception et la vente d’avatars ressemblant à de vraies personnes, comme le révèle une enquête de Motherboard.

Ces créations virtuelles ne nécessitent qu’une photo de l’individu, afin de projeter son visage sur le modèle. Là où ça devient vraiment flippant, c’est que les internautes peuvent ensuite importer leur avatar dans un programme leur permettant de réaliser leurs fantasmes sexuels, à l’image de Virt-A-Mate, qui propose des jeux et des simulations pour adultes en VR, ou encore Foto2Vam.

Publicité

Bienvenue dans la face sombre de la réalité virtuelle

Certains individus aux mœurs sombres poussent le glauque à l’extrême, en créant des avatars à l’effigie de leur ex. La suite est simple à deviner : les malheureuses ex en question se retrouvent mises en scène dans des pornos 3D personnalisés. "Je l’utilise pour réaliser mes fantasmes sexuels ou reproduire des rencontres sexuelles avec mes ex-petites amies", a déclaré un homme sur un forum Reddit au sujet de Virt-A-Mate.

Via "Motherboard"

Publicité

"Foto2Vam m’a permis de me sentir littéralement comme si j’étais à nouveau là, en train de recevoir une branlette de mon ex me regardant en souriant", écrit un autre utilisateur. Certains, d’ailleurs, n’hésitent pas à utiliser la technologie pour exagérer les attributs sexuels de l’avatar, tels que la poitrine.

Si les studios créateurs de jeux doivent demander l’autorisation de la personne pour créer un avatar lui ressemblant, les pratiques des amateurs sont très compliquées à encadrer. Malheureusement, les créateurs de ces avatars se passent du consentement de la personne en question et les femmes sont souvent les premières victimes, et on pense là aux deepfakes et au revenge porn.

Via "Motherboard"

Publicité

Via "Motherboard"

Via "Motherboard"

Par Pauline Allione, publié le 20/01/2020

Pour vous :