© Fatma Fahmy

En Égypte, le spectacle quotidien des tramways documenté par Fatma Fahmy

La jeune photographe s'est intéressée à ces tramways datant du XIXe siècle comme un "reflet du monde extérieur".

Alors que la ville d’Alexandrie est un tourbillon incessant de foule, de circulation et d’agitation, la photographe Fatma Fahmy a décidé, pour raconter la ville, de s’intéresser à un intérieur bien particulier : celui du réseau de tramways d’Alexandrie.

© Fatma Fahmy

Publicité

Datant du XIXe siècle, les trams alexandrins parcourent inlassablement la ville malgré leur apparence un peu désuète. Avec Once There Was a Tram, la jeune femme a choisi de voir ces moyens de transport comme un prisme de la vie contemporaine égyptienne :

"Le tram est le reflet du monde extérieur. J’ai décidé de l’explorer en racontant les histoires des passagers à travers leurs gestes, leurs expressions et leurs regards. La lumière qui pénètre à l’intérieur du tram est comme un rayon d’espoir qui éclaire le quotidien, parfois morose, des voyageurs.

Lorsque quelqu’un monte ou descend, il y a une nouvelle histoire à raconter, tandis que le monde extérieur continue d’évoluer", racontait la jeune femme au Vogue italien en novembre dernier. 

© Fatma Fahmy

Publicité

La série de Fatma Fahmy présente le tram comme une scène de théâtre, et ses voyageur·se·s comme des comédien·ne·s temporaires jouant une grande pièce collective qui n’existe que par la somme de leurs individualités. L’artiste immortalise les rêveries, les coups de téléphone blasés, les éclats de rire et les banalités qui se parent d’une dimension dramatique devant son appareil. 

Un projet récompensé

Née en 1991, Fatma Fahmy avoue qu’être femme et photographe en Égypte relève parfois du défi. Cela n’enlève en rien à la puissance de ces clichés, d’ailleurs récompensés par la bourse Daniele Tamagni. Le jury international en charge de la décision a raconté avoir été "impressionné par la force de narration du travail de Fatma, par ses images riches en poésie, porteuses de valeurs humaines et empreintes de nostalgie" :

"Fatma se concentre sur les sociétés et les communautés qui préservent leurs traditions, leurs racines, et crée des images qui amplifient ces liens avec le passé tout en mettant en lumière certains aspects de la vie de tous les jours."

Publicité

© Fatma Fahmy

Cette bourse, qui clôture sa première édition, a été pensée pour "mettre en lumière la culture africaine, sa créativité et son esthétique visuelle, à travers une exploration détaillée du médium photographique".

La série de Fatma Fahmy a été sélectionnée "parmi plus de 100 dossiers, de 25 pays" souligne l’organisation en charge de la bourse. Grâce à cette dernière, la photographe a reçu une bourse d’un an au Market Photo Workshop, une école de photo située à Johannesburg, en Afrique du Sud.

Publicité

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

© Fatma Fahmy

Vous pouvez retrouver le travail de Fatma Fahmy sur son compte Instagram

Par Lise Lanot, publié le 05/12/2019

Pour vous :