Entre lévitation et fragmentation, plongez dans l’univers de Witchoria

Conciliant photographie et manipulation numérique, Witchoria s’amuse à troubler notre perception en retouchant ses images à la perfection, nous plongeant dans son univers rempli de sensibilité, de fragilité et d’interrogation.

Publicité

Witchoria, de son vrai nom Victoria Siemer, est une graphiste vivant à Brooklyn. Elle n’a jusqu’ici suivi aucune formation photographique, mais s’est soigneusement inspirée de Jeff Brown et Dave Krugman pour peaufiner son style qui mélange réalisme et graphisme. L’artiste a confié, dans une interview pour Illusion :

"Le plus souvent, mon art est une expression assez directe de ce qui se passe dans ma vie. C’est ainsi que je décompresse et que je traite mes émotions. J’avais l’habitude d’avoir peur de la vulnérabilité. Un jour, j’ai tout envoyé balader et j’ai laissé cette vulnérabilité sortir, sans aucun filtre. Maintenant que cette ouverture brute est une partie fondamentale de mon identité d’artiste, c’est étrangement libérateur et merveilleusement terrifiant.

En prenant du recul, je vois les cinq dernières années de ma vie, et je pense que lorsque d’autres personnes regardent mon travail, elles pourraient aussi voir certaines parties de leur vie. Nous sommes tous humains, et chaque expérience est universelle. Nous sommes tous dans le même bateau. Je pense que c’est pourquoi mon œuvre d’art a été si bien reçue."

Une "fragmentation de soi"

Celle qui ose, depuis peu, se définir comme une artiste – et non comme une designer –, met en scène des personnes en lévitation dans des environnements dégageant une certaine sérénité, comme une rue, une chambre ou encore une forêt. Un style plutôt abstrait, basé sur l’idée de la fragmentation émotionnelle ou encore, comme elle le qualifie, "de la fragmentation de soi".

Publicité

Pour elle, la manipulation numérique lui donne plus de marge pour créer sa propre réalité alternative, où tout est possible : "Souvent, quand j’ai une idée, j’ai envie de la réaliser immédiatement, ou du moins 'd’esquisser' cette idée pour plus tard. C’est vraiment chiant quand ça m’arrive dans le train, et ça arrive souvent", dit-elle dans une interview pour Brooklyn Magazine.

Publicité

Publicité

Vous pouvez retrouver les œuvres de Witchoria en vente sur le site Society6.

Par Dounia Mahieddine, publié le 06/03/2018

Copié

Pour vous :