© James Bidgood/Museum of Sex

Entre érotisme et pureté, les éphèbes photographiés par James Bidgood nous éblouissent

Son long-métrage licencieux, "Pink Narcissus", a donné lieu à une série photo saisissante, tout en paillettes.

Rares sont les photographes à avoir aussi bien revisité l’image de l’éphèbe dans leur œuvre. C’est le cas de James Bidgood, un artiste aux talents multiples, originaire du Wisconsin, et dont la réputation n'est plus à faire sur la scène new-yorkaise. Ce qui l’a révélé ? Pink Narcissus, un film érotique extrêmement stylisé qui réussit à capturer toute l’étendue de son art, soit de faire beaucoup avec peu de moyens.

"Willow Tree", milieu 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

Publicité

Sorti en 1971 après sept longues années de tournage, ce long-métrage pouvant être qualifié de "porno esthétique" s’intéressait aux errances sexuelles d’un jeune adonis. Ce dernier était mis en scène dans des décors surréalistes, que James Bidgood concevait lui-même de toutes pièces, et qui nous font penser à Pierre & Gilles ou encore David LaChapelle. En plus d’être un film sensation qui a séduit l’underground de la Grosse Pomme avant d’être restauré au début des années 2000, Pink Narcissus s’est décliné en série photo, mettant en lumière l’univers onirique modelé par l’artiste.

Cela donne lieu à des clichés étincelants, qui mélangent éclairage néon et environnement pailleté. Moue aguicheuse, regard innocent… et entrejambes turgescents dûment moulés : le plus intrigant dans l’œuvre de James Bidgood demeure sa faculté à aussi bien capturer un sentiment de candeur que d’installer une certaine sensualité. Ouvertement homosexuel, l’artiste états-unien a d’ailleurs fait de l’éphèbe sa figure de proue tout au fil de son travail, par exemple en réalisant des photoshoots osés pour des magazines fitness de l’époque.

"Star Gazing, Sandcastles", début 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

Publicité

"Taunting Bull", milieu 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Bobby Kendall Seated in Chair Holding Phone", milieu 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Harem Boy in front of Peacock", milieu et fin 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

Publicité

"Bullfighter", milieu et fin 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Trunk, Water Colors", début 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Lobster, Water Colors", début 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

Publicité

"Blue Boy", milieu 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Pan", fin 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Double Image, Test Shots", début 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"At Cave Opening, Sand Castle", début 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Setting Down White Boot, First Cover", début 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Statues and Slave", fin 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Valentine", milieu 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

"Huck Finn", milieu 1960’s. (© James Bidgood/Museum of Sex)

Pour les plus curieux, le travail extensif de James Bidgood fait actuellement l’objet d’une exposition au Museum of Sex de New York. Intitulée "Reveries", elle se tiendra jusqu’au 8 septembre 2019.

Par Florian Ques, publié le 28/06/2019

Copié

Pour vous :