© EHT

Et voici la toute première photo d’un trou noir

Il se trouve au centre de la galaxie M87, à 55 millions d'années-lumière.

On doit cette découverte à un télescope que l’on dit être "aussi gros que la Terre". Event Horizon Telescope (EHT, ou "Télescope de l’horizon des événements", pourrait-on traduire) est en fait un réseau de 8 télescopes qui, tout autour du globe, observe deux trous noirs supermassifs, Sagittaire A*, au centre de notre galaxie, et M87*, qui se trouve dans la galaxie du même nom (mais sans l’astérisque).

Aujourd’hui, l’EHT frappe fort : il vient de nous rapporter les toutes premières photos de M87*, qui est 6,5 milliards de fois plus massif que le Soleil et situé à 55 millions années-lumière de la Terre. La nouvelle, attendue dans le monde entier, a été annoncée via six grandes conférences de presse, à Bruxelles, Santiago, Shanghai, Tokyo, Taïwan et Washington.

Publicité

© EHT

Ce que la photo nous montre, c’est la "silhouette" du trou noir, ce que l’on appelle "l’horizon des événements", au-delà duquel rien ne peut sortir. Les télescopes peuvent observer cette silhouette grâce aux particules de lumière tout autour, les photons, émis par certains gaz avant qu’ils ne soient engloutis par ce monstre qui déforme l’espace-temps.

La technologie consistant à mettre en réseau de télescopes s’appelle l’interférométrie à très longue base (VLBI pour "very-long-baseline interferometry"). Cette méthode ultra-pointue permet de "lire un journal qui se trouve à New York depuis la terrasse d’un café parisien", précise un communiqué sur la page d’accueil du site du méga-télescope.

Publicité

Une grosse partie des données avait déjà été récoltée en avril 2017 après une semaine d’observation. Mais l’équipe de chercheurs ne voulait rien annoncer officiellement avant d’avoir tout traité (il fallait notamment faire intervenir des algorithmes pour compléter les images), vérifié et fait réviser.

L’idée des trous noirs, sans qu’ils ne soient nommés, avait commencé à faire surface avec Einstein en 1915, dans le cadre de sa théorie de la relativité générale. Ils ont depuis été largement étudiés. Cette première photo, que l’on doit mettre au crédit de 200 chercheurs, est un accomplissement énorme pour la communauté scientifique, comme l’a souligné Sheperd S. Doeleman, directeur de la collaboration pour l’EHT :

"Nous avons accompli quelque chose que nous pensions être impossible une génération plus tôt. Des ruptures technologiques, des connexions entre les meilleurs observatoires radio du monde et des algorithmes innovants ont permis d’ouvrir une nouvelle fenêtre sur les trous noirs et l’horizon des événements."

Publicité

Par Pierre Schneidermann, publié le 10/04/2019

Copié

Pour vous :