© Bauhaus Museum

featuredImage

Grâce à ce livre, les artistes femmes du Bauhaus ont enfin droit à leur heure de gloire

Pour les 100 ans du Bauhaus, les femmes ayant participé au mouvement artistique sont à redécouvrir dans un beau livre.

En 1919, on fondait à Weimar, en Allemagne, une école d’architecture et d’arts appliqués, la Staatliches Bauhaus, dont l’influence allait traverser les frontières et les décennies. Découlera de cette école un courant artistique du même nom, qui bouscula et réinventa les codes de l’architecture, du design, de la photo, de la mode et de la danse.

Malgré sa dissolution dans les années 1930, sous le joug de l’occupation nazie, l’école du Bauhaus a une influence qui ne tarit pas. Elle met au contraire en place une nouvelle forme d’enseignement et de réflexions artistiques et pose les bases de la Nouvelle Objectivité, qui succède à l’expressionnisme, et de mouvements avant-gardistes à l’international.

Photo de groupe dans l’atelier de tissage, à Dessau Bauhaus, 1928. (© Lotte Beese/Ariane et Maurizio Stam, Krimpen, NL/Bauhaus-Archiv, Berlin)

Si les noms bien connus des peintres Vassily Kandinsky, Marc Chagall, Paul Klee ou du physicien Albert Einstein sont liés au Bauhaus, ceux des artistes féminines ayant évolué à l’intérieur et autour du courant ont cependant souvent été oubliés.

À l’occasion du centenaire de l’établissement de l’école du Bauhaus, les éditions Taschen publient un épais ouvrage consacré à ces femmes du Bauhaus, "pionnières de la modernité", comme le précise le titre. Au fil des 500 pages du livre, plus de 400 photographies prises entre 1919 et 1933 offrent une représentation chronologique des centaines d'artistes femmes dont l’avant-gardisme et la modernité ont aidé à façonner le renouvellement de l’art durant les périodes les plus sombres du XXe siècle.

Un espace de création lardé d’inégalités

Otti Berger (devant) et Lis Beyer dans une barque sur l’Elbe, vers 1927 (© Bauhaus-Archiv, Berlin)

L’ouvrage met en lumière le travail de ces femmes émancipées et créatives qui ont une activité professionnelle, jouent avec ce qui était traditionnellement attendu des femmes, socialement, physiquement et professionnellement. Cependant, le livre écrit par Patrick Rössler n’omet pas les problématiques auxquelles ces dernières ont dû faire face :

"En dépit de l’approche progressiste du Bauhaus, les étudiantes devaient subir de nombreux préjudices par rapport à leurs camarades masculins. Ainsi qu’Anja Baumhhoff l’explique […], il existait dans l’institution de nombreux règlements qui réduisaient considérablement les possibilités pour les femmes de faire carrière et de se perfectionner."

Les photographies, biographies et courts essais qui constituent le livre redonnent une place d’honneur à l’implication et à l’influence de ces femmes au sein du Bauhaus et remettent en perspective leur implication globale dans les mouvements artistiques internationaux. A posteriori, leur rôle au sein d’un mouvement qui ne leur a pas facilité la tâche est particulièrement mémorable.

Elisabeth Kadow, portrait en face, vers 1929 (© Annelise Kretschmer/Musée Folkwang Essen/Artothek)

Albert Braun photographiant Grit Kallin à l’atelier, à Dessau, en 1928 (© Werner Zimmermann/Bauhaus Dessau)

Martha Erps et Ruth Hollós, à gauche, sur le toit de l’atelier, à Dessau vers 1927. (© Erich Consemüller/Stefan Consemüller, Klassik Stiftung Weimar/Bauhaus Museum)

Couverture de "Pionnières de la modernité – Un hommage aux femmes artistes du Bauhaus" de Patrick Rössler, publié aux éditions Taschen.

Pionnières de la modernité – Un hommage aux femmes artistes du Bauhaus de Patrick Rössler est disponible aux éditions Taschen.

Par Lise Lanot, publié le 06/05/2019

Copié