© Stefan Rousseau

Embarquement immédiat pour le monde parallèle du métro londonien avec Stefan Rousseau

L'artiste a photographié les passagers du Tube à leur insu.

Après vingt années passées en voiture, Stefan Rousseau s’est mis à prendre le métro. Son œil de photographe a été bien étonné par ce monde souterrain dont il ignorait tout. Pour le quotidien britannique The Guardian, il montre la façon dont les usagers "obsédés par leur téléphone, en manque de sommeil ou en plein maquillage" étaient "tant absorbés dans leur petit monde". Un état second qui l’a poussé à les immortaliser. 

L’objectif de Stefan Rousseau consistait surtout à mettre en image de la façon la plus réelle possible ce quotidien vécu par nombre de citadins. C’est pour cela qu’il considère que ses images ne sont réussies que lorsque les personnes représentées ne se rendent pas compte qu’elles sont prises en photo. En immersion totale, il pointe son objectif sur ses modèles d’un instant depuis son siège, au milieu d’autres usagers ou derrière une vitre.

À voir aussi sur Cheese :

Pour voir les vidéos Konbini, merci de désactiver AdBlock.

© Stefan Rousseau

Ceci dit, l’exercice n’est pas toujours aisé, rapporte le photographe : "Il est difficile de ne pas se faire remarquer et les Londoniens sont très timides. S’ils me voient prendre mon appareil, en un clin d’œil, le suspect se retourne et le moment s’est envolé. La plupart du temps, ils sont tout de même tellement perdus dans leur propre monde qu’ils ne me voient même pas et je peux capturer les têtes des voyageurs de la capitale."

Tous les clichés sont en noir et blanc. Pour le photographe, c’est d’abord une façon d’apporter une unité de temps et de lieu à une série dédiée à un monde dans lequel on a vite fait d’oublier quelle heure il est, mais aussi un moyen d’atténuer "les couleurs vives des intérieurs du métro, qui éclipseraient les visages très expressifs"

Publicité

Stefan Rousseau ne va pas jusqu’à faire de ses trajets en métro des "moments de grâce", mais il se joue des petites incongruités et drôleries que l’on voit parfois dans le Tube. Quoi qu’il en soit, ses images nous feront peut-être vivre différemment nos prochains trajets en métro. 

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

Publicité

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

© Stefan Rousseau

Vous pouvez retrouver le travail de Stefan Rousseau sur son site

Par Lise Lanot, publié le 11/07/2019

Copié

Pour vous :