© René Burri/Magnum Photos

La vie des Allemands après la Seconde Guerre mondiale immortalisée par René Burri

Le photographe René Burri a parcouru l'Allemagne à vélo pour immortaliser ses fractures.

"Qui s’intéresse à la vie des Allemands au début des années 1960 ? Personne !", écrit le photographe Bernard Plossu à propos du livre Les Allemands de René Burri. Paru en 1962, l’ouvrage passe effectivement inaperçu, éclipsé par Les Américains. Paru quatre ans auparavant, ce livre de Robert Frank dresse un portrait des États-Unis chargé des idéaux de liberté de l’American way of life.

À des années-lumière de ce modèle, l’Allemagne happe cependant le franco-suisse René Burri :

Publicité

"L’Allemagne, c’était alors simplement l’endroit où, après la guerre, se montraient avec le plus de force certaines lignes de fractures. C’est cela qui me déterminera à ne pas faire un livre sur la France ou l’Italie ou quelque sujet agréable, mais à aller dans le lieu précis où les contraires s’exacerbaient et entraient en conflit", écrit le photographe.

Rheinpfalz, en Rhénanie-Palatinat, en 1959. (© René Burri/Magnum Photos)

À 20 ans à peine, le jeune homme parcourt l’Allemagne détruite à vélo, "le long du Rhin, puis vers Munich et Ulm". Ses monochromes montrent "la ville et le plat pays, les jeunes et les vieux, le passé et le présent, le monde du travail et celui des loisirs, les supérieurs et les inférieurs, l’amour et la mort, le départ et le souvenir, l’ancienne Allemagne et l’Allemagne nouvelle", décrit le journaliste allemand Hans-Michael Koetzle.

Publicité

Un voyage en noir et blanc, esthétique et documentaire

René Burri raconte le pays avec un sens aigu de la composition, multipliant les angles de vues, collectionnant les regards et les situations les plus diverses, sans tomber dans l’anecdotique. Au contraire, poursuit le journaliste, il parvient à "saisir dans l’instant ce qui a de la valeur" et à "codifier l’universel en image".

Les Allemands, qui a peiné à trouver son public à sa sortie, est désormais épuisé et considéré à l’égal des Américains de Robert Frank. Six ans après le décès de René Burri, l’intérêt autour de son livre ne faiblit pas. La galerie parisienne Folia expose justement ses clichés jusqu’au 18 avril prochain, comme un voyage intemporel chez nos voisin·e·s d’outre-Rhin.

Berlin Ouest, Lunapark, en 1959. (© René Burri/Magnum Photos)

Publicité

L’exposition "Les Allemands", présentant les œuvres de René Burri, est visible à la galerie Folia (Paris), jusqu’au 18 avril 2020.

Par Lise Lanot, publié le 09/03/2020