© Laurent Michelot

Laurent Michelot a documenté la ville fantôme de Prypiat, après l'explosion de Tchernobyl

Le photographe se passionne depuis des années pour la ville abandonnée de Prypiat, qui se décompose depuis 30 ans.

Fondée en 1970, Prypiat se trouve à quatre kilomètres de Tchernobyl. Elle a été construite pour héberger des ouvriers de la centrale nucléaire : 50 000 personnes y vivaient en 1986.

Lorsque l’explosion du réacteur 4 s’est produite, et que la nouvelle de la catastrophe se répandait, un mouvement de panique a saisi la ville. L’évacuation de la population est le lendemain et les habitants doivent laisser tout derrière eux. Le niveau de désinformation en URSS était tel que personne ne les informés qu’ils ne pourraient plus jamais revenir. Et cela, la série HBO Chernobyl le relate avec brio.

Publicité

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

Le photographe Laurent Michelot documente patiemment le silence des ruines de Prypiat depuis 2015 : "Je retourne régulièrement sur la zone pour capturer des images, afin de livrer un témoignage de ce qu’est et fut cette ville, saisir l’empreinte du temps et de l’abandon, les témoignages de présence humaine s’érodant au fil des ans…"

Lors de ses nombreuses errances au cœur de cette ville fantôme, Michelot tombe bien souvent sur des masques à gaz abandonnés dans les écoles, des murs décrépis, des lieux saccagés où la nature reprend peu à peu ses droits. De toutes ses sinistres images, le photographe a fait un beau livre qui pourra voir le jour grâce à une campagne de crowdfunding.

Publicité

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

Publicité

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

Publicité

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

"Prypiat" © Laurent Michelot

"Prypiat". (© Laurent Michelot)

Par Apolline Bazin, publié le 18/07/2019

Copié

Pour vous :