© Jonatan Pie / Unsplash

Les conseils d'un pro pour photographier les aurores boréales

Un petit guide nécessaire pour vos vacances d'hiver en Scandinavie.

Passionné par les spectacles de la nature, le photographe néerlandais Albert Dros a immortalisé à plusieurs reprises des éclipses solaires et des aurores boréales. En traînant sur des images d’aurores sur Reddit, il a réalisé que plusieurs idées fausses circulaient sur le sujet. Pour mettre tout le monde d’accord, le photographe a créé un mini-guide à destination des amateur·rice·s de photo.

© Jonatan Pie/Unsplash

Publicité

Où et quand ?

Comme le résume l’artiste, les aurores s’observent entre 65° et 75° de latitude : dans l’Arctique et au Groenland, en Islande, au nord de la Norvège et au nord du Canada. Mais inutile de chercher le spot parfait : "Il n’y a pas de 'meilleur' endroit pour voir les aurores. Elles apparaissent juste, et plus vous êtes au nord, plus elles seront au-dessus de vos têtes", explique simplement Albert Dros.

Deux choses à savoir sur les aurores boréales : elles apparaissent la nuit, et par temps dégagé. Même l’été donc, mais comme le ciel est moins sombre, nous ne pouvons pas les voir. Le phénomène est observable de septembre à mars, mais le photographe conseille plutôt la période d’octobre à février, car les nuits sont plus longues et plus noires. Et sur leur durée d’apparition, pas de règle précise : "Elles peuvent être là pendant cinq minutes ou durer toute la nuit. C’est complètement aléatoire."

Suivre la météo des aurores

L’intensité d’une aurore est mesurée par un indice Kp, situé entre 0 et 10. Mais pour Albert Dros, "ces chiffres sont indicatifs" : "J’ai vu une belle aurore avec un Kp1-2 et j’ai parfois été déçu d’un Kp4." Pour avoir une idée de ce que vous pourriez voir, le site Service Aurora donne des prévisions sur le comportement des aurores. Mais attention, un Kp0 ne signifie pas forcément que vous ne verrez rien.

Publicité

Bien choisir son matériel photo

Côté matériel, le photographe conseille d’opter pour une grande ouverture, avant de "faire la mise au point sur une lumière au loin, et de verrouiller son appareil sur un focus manuel". Pour l’ISO, cela dépendra du ciel et de l’intensité de l’aurore, mais mieux vaut se caler "autour de 800 et 3 200 ISO avec des vitesses d’obturation plus courtes et plus longues", conseille finalement Albert Dros.

Par Pauline Allione, publié le 11/12/2019

Pour vous :