© Renato Stockler

Les superbes photos des "terrão", ces terrains de foot populaires à Sao Paulo

Originaire de Sao Paulo au Brésil, Renato Stockler a photographié les "terrão" de sa ville, ces terrains en voie de disparition.

Alors qu’il survolait sa ville natale pour un projet publicitaire, Renato Stockler s’est aperçu avec frayeur que les "terrão" qu’il avait visités pendant des années disparaissaient les uns après les autres.

Photo1

© Renato Stockler

Publicité

Il a donc décidé de lancer son propre projet Terrão de Cima et a loué un hélicoptère pour livrer ces clichés saisissants. En trois jours il est passé au-dessus de plus de 45 terrains de football pour dénoncer l’urbanisation rampante qui menace ces lieux de socialisation très importants au Brésil :

"On retrouve ces terrains partout au Brésil. Certains sont des décharges alors que d’autres sont en sable avec parfois des touffes d’herbe. Ça devient le seul endroit pour se détendre, pour beaucoup de gens qui vivent dans les banlieues de Sao Paulo et dans toutes les grandes villes du pays. Ce sont des lieux publics qui sont gérés par la communauté.

Ce sont des espaces importants pour l’intégration sociale et culturelle de ces communautés. Avec la croissance économique du Brésil ces dix dernières années, certains ont commencé à disparaître à cause de la spéculation immobilière et des constructions d’immeubles dans les régions les plus peuplées."

TERROES DE CIMA

© Renato Stockler

Publicité

La couleur rouge qui domine sur ses photos est pour lui une sorte de "résistance du football populaire". Après l’échec de l’équipe nationale lors de la Coupe du monde 2014 à domicile et les critiques qui fusent contre un football brésilien qui aurait tendance à perdre de son identité, Renato veut préserver ces "bouffées d’air frais face à la grisaille urbaine des grandes villes" :

"Ils [les terrains] montrent aussi l’urgence de trouver des espaces publics et communautaires pour pratiquer le sport et améliorer la vie ensemble. Ces terrains sont une base solide de la philosophie de jeu au Brésil. Même dans les difficultés sociales et politiques, un terrão nous montre le vrai football, loin de cette société médiatisée. La dureté d’un terrão n’est pas faite pour un spectacle médiatique."

Photo6

© Renato Stockler

Publicité

Même s’il reconnaît ne pas être un super joueur, il admire ceux qui y jouent et dont certains "ont le talent pour être professionnels" : "C’est une expérience géniale d’assister à un match sur ce genre de terrain. Les fans, les familles et l’amitié qu’il y a autour de ces rencontres, c’est beau."

TERROES DE CIMA

© Renato Stockler

Vous pouvez admirer le travail de Renato Stockler sur son profil Behance.

Publicité

Par Olivier Sclavo, publié le 25/06/2019

Copié

Pour vous :