© Sattler Katalin/Fortepan

L'histoire de la Hongrie retracée sur un site participatif d'archives photo

Créée en 2010, Fortepan compte 100 000 photos libres de droit. Ces images retracent toute l'histoire politique du pays.

C’est en trouvant par hasard une série de photos jetées dans la rue que Tamási Miklos a eu l’idée de créer Fortepan, une plateforme accessible gratuitement où chacun peut partager des vieilles photos prises en Hongrie et les archiver. La date de création de Fortepan coïncide avec le retour au pouvoir de l’homme politique d’extrême droite Viktor Orban, qui a très vite fait modifier la Constitution pour réduire les libertés de la presse. 

Dans ce contexte politique bien tendu, où la réécriture de l’histoire et la véracité des faits sont un enjeu réel, la valeur des photos s’accentue : "Parce que nous ne tirons pas d’argent du site, nous avons établi une confiance publique" confiait le manager actuel de Fortepan, András Török, à Hyperallergic. Les Hongrois préféreraient même donner en priorité au site qu’à des bibliothèques ou des musées, tant le climat de défiance est intense. Fortepan promeut la liberté d’expression et tente d’impliquer le plus possible les Hongrois dans le processus d’archivage numérique.

Publicité

1939. (© Sattler Katalin/Fortepan)

Les curateurs de Fortepan sont vigilants sur la qualité des archives qu’ils reçoivent : l’équipe ne perd pas de vue qu’avant la démocratisation des appareils photo, elles restaient réservées à une élite. De même, quand l’antisémitisme s’est accentué avec la Seconde Guerre mondiale, les Juifs n’ont pas eu le droit de posséder un appareil.

La plateforme encourage les dons, même de personnes ayant émigré ou fui le pays. Les deux photos ci-dessous représentent la Glass House du diplomate suisse Carl Lutz qui a permis à des centaines de Juifs en Hongrie d’échapper à la déportation. Fortepan les a acquises après être entré en contact avec la fille du dignitaire et le Zürich Institute of Technology.

Publicité

The Glass House. (© Agnes Hirschi/Fortepan/Archiv für Zeitgeschichte ETH Zurich)

The Glass House. (© Agnes Hirschi/Fortepan/Archiv für Zeitgeschichte ETH Zurich)

Malgré le tableau politique plutôt sombre en Hongrie et en Europe, András Török reste optimiste et place ses espoirs de démocratie dans la jeunesse hongroise : "C’est pourquoi je vais au sport trois fois par semaine, je veux être vivant pour voir ça arriver", conclut-il.

Publicité

1971. (© Peterffy Istvan/Fortepan)

1971. (© Peterffy Istvan/Fortepan)

Vous pouvez vous plonger dans la mine d’or que sont ces archives photo hongroises sur Fortepan

Publicité

Par Apolline Bazin, publié le 18/07/2019

Copié

Pour vous :