© Will Roger

En images : 30 ans d’évolution du Burning man, entre véhicules mutants et vues au drone

D’un feu de camp organisé sur une plage en 1986 à un événement réunissant plus de 70 000 personnes : bienvenue au Burning Man.

En 1986, un petit groupe d’amis se retrouve sur une plage de San Francisco et brûle un bonhomme en bois haut de plus de 2 mètres : c’est la naissance du Burning Man. Quelques années plus tard, l’événement se délocalise dans le désert du Nevada, dans une "ville" temporaire qui sort de terre pour l’occasion, Black Rock City.

Au fil des années, de plus en plus de participant·e·s se pressent pour vivre quelques jours loin de la ville et profiter d’expériences artistiques, musicales, spirituelles et souvent hallucinogènes. Au milieu des années 1990, ce sont une dizaine de milliers de personnes qui vivent l’expérience Burning Man pour une trentaine de dollars.

Publicité

"Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Plus de 30 ans plus tard, 70 000 personnes sont attendues pour l’événement, qui aura lieu du 25 août au 2 septembre cette année. Le photographe Will Roger, "cofondateur culturel" de Burning Man, a documenté l’évolution de ce lieu éphémère, hors du temps, de l’espace et de toute contrainte, dédié à "l’art, à la vie en communauté, à l’anticonsommation et à l’expression personnelle", indique sa maison d'édition Smallwork Press.

Son livre, intitulé Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger ("Boussole de l’éphémère : photographies aériennes de Black Rock City à travers l’objectif de Will Roger"), réunit des décennies d’images racontant l’événement.

Publicité

Vue aérienne de Burning Man, édition 2016, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

L’ouvrage est une plongée dans l’univers du Burning Man : se mêlent vues aériennes de l’organisation de la ville éphémère, points de vue donnant à voir les installations – stations d’accueil, logements, créations artistiques ainsi que les fameux "véhicules mutants" – ces voitures ou camions complètement métamorphosés, devenus de véritables œuvres d’art roulantes.

Au vu des images prises au drone, difficile de croire que toute cette organisation ne vit que durant huit jours. C’est pourtant bien l’engagement promis par l’événement. Une fois tou·te·s les participant·e·s parti·e·s, pas un vélo, pas une paire de lunettes anti-poussière ou une gourde ne doit polluer le désert.

Publicité

Une aventure riche… et coûteuse

"Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Amoureux du Burning Man, Will Roger est l’intermédiaire rêvé pour partir à la rencontre de l’événement, lui qui ne se focalise pas simplement sur les bizarreries ou les participant·e·s les plus fantasques de ces quelques jours, mais bien sûr l’esprit originel du Burning Man :

"Burning Man est une toile blanche qui invite les gens à créer. Burning Man crée de l’empathie humaine. À partir de cela découlent de la sérendipité et de la créativité. Burning Man, c’est le vrai monde ; tout le reste, c’est un monde par défaut. Les gens repartent avec des existences et une culture changée parce qu’à Burning Man, tout le monde est humain… Il n’y a pas de classe sociale, pas de couleur. On devient une famille : famille humaine, famille du monde, famille globale [sic]", dit-t-il.

Publicité

Cette famille a tout de même un coût. Cette année, un billet coûte entre 400 et 1 400 dollars (entre 300 et 1 260 euros), 100 dollars (90 euros) de plus pour un véhicule. De quoi, peut-être, vouloir se contenter d’images.

"Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Vue aérienne de Burning Man, édition 2008, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Vue aérienne de Burning Man, édition 2008, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Vue aérienne de Burning Man, édition 2016, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

"Camping à la belle étoile dans le désert de Black Rock", "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

"Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Stations d’accueil, édition 2011, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Véhicule mutant, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

"L’avion et son pilote", édition 2009, "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

Couverture de "Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger". (© Will Roger/Smallworks Press)

L’ouvrage de Will Roger, Compass of the Ephemeral: Aerial Photography of Black Rock City through the Lens of Will Roger, est disponible aux éditions Small Work Press.

Par Lise Lanot, publié le 23/08/2019

Copié

Pour vous :