Quand les grandes muses de la peinture rencontrent des corps contemporains

Avec sa série de collages Masks-show, Masha Svyatogor signe une série qui remet au goût du jour les peintres classiques et les muses d'autrefois.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

Jouant avec le nu, les codes picturaux et l'anachronisme, la photographe Masha Svyatogor, basée à Minsk en Biélorussie, a réalisé une série de collages mettant en scène des femmes contemporaines dans des décors actuels et portant des masques de célèbres muses.

Publicité

Ces muses sont largement reconnaissables, car leurs visages proviennent de peintures classiques : des Madones de Botticelli à La Femme au hennin blanc de Rogier van der Weyden en passant par La Femme au perroquet d'Édouard Manet et La Fornarina de Raphaël... Un travail délicat qui nous ramène aux beautés du passé.

Des collages anachroniques et des muses modernes

À travers ces visages de femmes peints à différents moments de l'Histoire, Masha veut réinventer des muses plus contemporaines, pour que ces figures continuent de vivre et d'inspirer les femmes d'aujourd'hui ainsi que la culture biélorusse. Ce détournement du passé se fait par le détourage des visages de ses amies modèles qu'elle a capturées.

Parfois, ces visages regardent en bas, d'autres fois ils fixent l'objectif comme si la muse avait posé pour Masha après avoir été dessinée par le peintre. En tout cas, les masques sont parfaitement placés pour que l'illusion soit efficace. Les muses des peintures possèdent un nouveau corps, une silhouette et de nouvelles courbes.

Publicité

Faisant un pont entre passé et présent, Masks-show oppose l'héritage pictural et la tradition à notre monde moderne. Au magazine Fisheye, la photographe explique qu'à l'époque où elles ont été peintes, ces femmes étaient privées du droit de disposer de leur corps :

"Leur image était entre les mains des hommes – les artistes d’abord, les spectateurs ensuite –, qui forgeaient des stéréotypes visuels conventionnels. Dans mon travail, les jeunes femmes sont dans une position opposée : leur corps est libre, leur pose naturelle et elles ont volontairement choisi d’être nues."

Changer la vision des femmes sur leur corps

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

Publicité

Avec ces masques, ces muses modernes revêtent une nouvelle identité, où les formes de leurs corps prennent un autre sens. On y retrouve les standards de beauté d'autrefois, en s'éloignant des codes d'aujourd'hui. De temps en temps, les vêtements contrastent avec ces visages sortis d'un autre temps, créant une nouvelle figure féminine.

Dans l'interview pour le magazine, qui nous a fait découvrir son travail, l'artiste confie qu'elle a eu besoin de se plonger dans ce projet pour que le regard des modèles sur leur propre corps évolue :

"Les modèles occupent le territoire du photographe et dévaluent avec succès la signification de son travail. Dans ce cas, mes photos sont à leur merci, par conséquent, j’ai décidé de "protéger" mes images en dépersonnalisant les modèles. L’emploi du masque m’a semblé être la meilleure option."

Publicité

"Dépersonnaliser", le mot est lâché. Nous voyons plus cela comme une manière de réinventer la femme d'autrefois. Les modèles acceptent plus facilement leur corps et contrôlent leur nudité en étant masquées par un visage qui n'est pas le leur, et qui, de plus, appartient à une sorte d'allégorie. Ces figures picturales avaient des qualités et des représentations imaginées par les peintres au moment où ils les créaient. Elle ajoute :

"Le masque est un jeu autour de la représentation de la femme moderne et la manière dont elle regarde son propre corps. Cette perception a encore aujourd’hui une influence ambivalente. Elle oscille entre la notion d’interdit et l’idée que le corps féminin est un objet exclusif d’admiration et de désir."

Transformer ces femmes en muses, qu'elles soient figées sur une toile à tout jamais ou qu'elles vivent au 21e siècle, c'est le grand défi que s'est lancé cette photographe à l'univers intriguant, qui se confère finalement le même rôle qu'un peintre. Dans tous les cas, ces muses continueront de perdurer dans le temps, auprès des femmes modernes et à travers cet hommage au passé.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

© Masha Svyatogor, Masks-show.

Vous pouvez suivre le travail de Masha Svyatogor sur Facebook et sur Instagram.

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 04/11/2016

Copié

Pour vous :