© Pierre Terrasson

Comment les migrations ont fait la musique moderne ? Une belle histoire racontée en photos

L'exposition "Paris-Londres, Music Migrations" est un voyage dans l'histoire de la musique et des métissages.

1962-1989, c’est l’histoire de trois décennies qui ont changé le visage des sociétés occidentales. La révolution sociétale qui accompagne les Trente Glorieuses (entre 1946 et 1975) est une révolution culturelle rapide comme jamais le monde n’en avait connue auparavant.

Au palais de la Porte-Dorée, l’exposition "Paris-Londres Music Migrations (1962-1989)" rassemble un grand nombre d’archives sonores, d’objets d’art et de pièces reconstituées. Colorée et foisonnante, l’exposition rappelle que la culture se nourrit de métissages et que la musique est aussi un moyen de mobilisation. La photographie qui se développe alors témoigne des mutations de la société. Focus sur ces images signées Philippe Chancel, James Barnor, Pierre Terrasson ou encore Syd Shelton.

Publicité

La chanteuse ougandaise Constance Mullando, Londres, 1966. (© James Barnor/galerie Clémentine de la Ferronière)

Les premiers métissages sonores

1962 est une date charnière pour la fin des deux grands empires coloniaux : français pour l’Algérie et anglais pour la Jamaïque et Trinité-et-Tobago. Les processus de décolonisation sont incomparables, et l’exposition se concentre sur les flux migratoires qui s’organisent vers les métropoles.

Si au XIXe siècle la culture française domine le monde, la seconde moitié du XXe siècle consacre Londres comme capitale des tendances : pop, rock, mais aussi ska, reggae… Plus tôt que la France, la capitale anglaise voit fleurir une scène originale, fruit hybride de la rencontre entre les traditions musicales jamaïcaines et la culture rock anglaise.

Publicité

Marie Hallowi, modèle en couverture de "Drum", 1966. (© James Barnor)

Mike Eghan à Picadilly Circus, Londres, 1967. (© James Barnor/galerie Clémentine de la Ferronière)

Dans les deux capitales, des lieux dédiés aux musiques des populations immigrées ouvrent, comme les cafés de Barbès, les clubs de Soho ou de Camden Town. Une première génération d’artistes émigre vers les métropoles juste après les indépendances, et au cours des années 1980, tous les plus grands talents africains viennent enregistrer à Paris et Londres.

Publicité

Spectacle de danse dans un café arabe à Gennevilliers. (© Pierre Boulat)

Night club underground fréquenté par un public noir sur Cable Street, Londres, 1964. (© Ian Berry/Magnum Photo)

Manu Dibango en studio, Paris, 1980. (© Collection Manu Dibango)

Publicité

Cette période, de 1962-1989, est aussi une histoire de la jeunesse elle-même, car c’est au moment où la société de consommation se développe que la jeunesse accède à des loisirs, ou plutôt crée ses propres loisirs et devient prescriptrice des tendances. C’est encore en 1962 qu’est créé le magazine Salut les copains, référence de la génération des yéyés (Johnny Halliday, Sylvie Vartan…) où Jean-Marie Périer officiait en tant que photographe.

Electric Ballroom, Londres, 1983. (© Pierre Terrasson)

Les luttes antiracistes en musique

L’installation de populations des anciennes colonies ne se fait pas sans heurts : le racisme accompagne aussi l’effervescence culturelle. La musique et la fête servent très vite d’armes pour défendre un nouvel idéal de société mixte. Ainsi, le carnaval de Nothing Hill, organisé par les communautés caribéennes, naît en 1966 en réaction au racisme manifesté au début de la décennie par les Teddy Boys.

Misty in Roots, concert "Rock Against Racism – Militant Entertainment" tour, 1979. (© Syd Shelton)

Paul Simonon, The Clash, concert "Rock Against Racism" à Victoria Park, 30 avril 1978. (© Syd Shelton)

En 1976, la série des concerts "Rock Against Racism" s’organise. L’idée traverse la Manche et en France, c’est le réseau de concerts spontanés de "Rock Against Police" (1980-1983) qui marque l’élan de solidarité. Les années 1980 sont rock et politiques, les têtes d’affiche sont Rachid Taha et son groupe Carte de séjour, Les Négresses vertes…

Des concerts de rock sont organisés dans les banlieues. 1983 marque l’année de la Marche des beurs, et la mobilisation par la musique sera un ressort des jeunes années de SOS Racisme, créé en 1985.

Arrivée de la marche pour l’égalité et contre le racisme à Paris, le 3 décembre 1983. (© Amadou Gaye/Musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée)

Destroy Man et Johnny Go, concert et battle "Fêtes et Forts", cité des Francmoisins à Saint- Denis, juillet 1985. (© Willy Vainqueur)

La fin de l’exposition se concentre un peu plus sur la France, et sur les marges urbaines qui s’apprêtent à prendre le contrôle du game musical. Fin des années 1980, on ne peut plus parler de "musique du monde" : les mobilisations contre le racisme le prouvent, les visages de Paris et Londres ont changé et sont multiculturels.

La globalisation est en marche, et les pratiques dérivées des soundsystems venus de Jamaïque (encore une fois) révolutionnent l’écriture musicale. Grâce au sample, les scènes hip-hop se développent autant que les musiques électroniques. C’est l’essor des clubs, de boîtes mythiques comme Le Palace à Paris, La Main bleue à Montreuil ou l’Electric Ballroom à Camden, où la jeunesse se mélange, jusqu’au bout de la nuit.

Franck De Louise DJ, battle "Fêtes et Forts", Aubervilliers, juillet 1984. (© Willy Vainqueur)

"Paris-Londres Music Migrations (1962-1989)", exposition à voir jusqu’au 5 janvier 2020 au Musée national de l’histoire de l’immigration (Paris).

Par Apolline Bazin, publié le 13/11/2019

Copié

Pour vous :