© Peter Lavery

Paillettes et caravanes : Peter Lavery a documenté les coulisses d'un cirque durant 50 ans

Depuis les années 1960, le photographe partage le quotidien de troupes de cirque et signe des images fascinantes.

Pendant cinquante ans, Peter Lavery a documenté les coulisses, le quotidien faste et rude de la vie des artistes de cirque, d’abord en noir et blanc puis en couleur. Après ces décennies au contact de troupes de cirque, il continue de considérer le cirque comme "une merveille mystérieuse"

En 1968, Peter Lavery cherche un sujet à prendre en photo alors qu’il fait ses études de photographie à Londres. Au fil de ses recherches, il découvre un petit cirque dans sa ville natale, Leeds, située dans le nord de l’Angleterre.

Publicité

© Peter Lavery

"En me baladant derrière la scène avant le début de la performance, j’ai été marqué par la disparité entre l’exotisme apparent, les parures, les costumes à sequins, les plumes, la présentation élaborée, et la banalité des coulisses", se souvient le photographe.

Ce projet devient un loisir estudiantin qu’il ne pense même pas poursuivre une fois sa formation terminée. Plus tard, quand il n’était pas en train de faire un shooting pour une marque de jean ou une voiture, le photographe anglais prenait son appareil photo, sa voiture, et rejoignait le cirque.

Publicité

© Peter Lavery

Peter Lavery veut tout de même achever ce travail et continue à suivre cette vie nomade. En 1998, il sort un premier livre, Circus Work. Très vite, l’envie de retourner au cirque frappe, pour de la couleur cette fois-ci. Cinq décennies plus tard, un livre, Circus Work 1968-2018, regroupe toute cette œuvre et une partie de sa vie. Ses 177 pages laissent entrevoir la vie de l’autre côté du chapiteau.

La vie dans un cirque

Les danseuses vêtues de costumes à paillettes se tiennent ; les acrobates s’étirent ; les clowns prennent une pause cigarette devant leur caravane ; les charmeuses de serpents posent devant un champ anglais ; les cracheurs de feu s’entraînent… Les photos de Peter Lavery sont à la fois des images des coulisses, et des instantanées rêvées pour tous ceux qui restent fascinés par l’univers du cirque.

Publicité

© Peter Lavery

Ce sont tantôt des photos posées, tantôt des portraits réalisés avec humour ou mélancolie. Les personnages sont toujours en costume, jamais en pleine performance, jamais au repos non plus.

"Le cirque est devenu plus qu’un simple sujet visuel. La vie des artistes (souvent dans des cadres moroses, entourés de toiles et de câbles, de sciures et de boue, les machines bruyantes, et les logements exigus) pouvait apparaître comme morne et déprimante.

L’ironie et l’incongruité des filles en justaucorps brillants se tenant sur leurs talons hauts dans une mer de boue étaient trop évidentes. Ça aurait été facile de faire dans le sarcasme. […] Contrairement à un acteur ou à un musicien, le performeur de cirque ne finit pas son numéro et reprend le cours de son autre vie", explique Peter Lavery.

Publicité

© Peter Lavery

Le photographe met en lumière des performeur·se·s, des couples et des familles, dévoilant leur talent, leur apparat et les relations qu’ils entretiennent. Derrière eux, on devine un logement, leur caravane et leur mode de vie. Il n’y a qu’un décor : la campagne anglaise. 

Peter Lavery, témoin du temps

Le cirque est né en Angleterre, en 1768, avec les représentations de Philip Astley, dompteur équestre. Depuis, il s’est diversifié, mais le pays garde des liens très forts avec ce divertissement populaire. Les photos de Peter Lavery sont les témoins des évolutions du cirque et de son paysage visuel : des costumes aux caravanes et chapiteaux.

© Peter Lavery

Le passage à la couleur permet d’observer ces changements de décor ou de maquillage. Les caravanes restent, la boue et les champs aussi, mais les motifs se transforment. Les rayures des chapiteaux classiques – servant de fond aux artistes – sont peu à peu remplacées par des dessins à l’effigie de Marilyn Monroe sur des camions.

Une histoire visuelle et humaine 

Le photographe anglais a été immédiatement émerveillé par ce microcosme. Il réfute le cliché de la vie itinérante difficile et affirme ne jamais faire les choses en surface. Peter Lavery voulait avant tout se focaliser sur "les compétences extraordinaires et la fierté dans la performance"

© Peter Lavery

Et chaque protagoniste le lui rend bien, posant avec dignité et audace. Peter Lavery a pu photographier des générations entières, des dynasties d’artistes circassiens. "À ma modeste manière, j’ai l’impression d’avoir répertorié des éléments de généalogie du cirque que les futures générations pourront consulter", écrit-il.

Avec ses cinquante années d’archive, il retrace une histoire visuelle et humaine du cirque, pas seulement comme art de la scène, mais comme un mode de vie. Et ce n’est probablement pas fini puisqu’il nous avoue : "Je continuerai sûrement jusqu’à ce que je ne puisse plus tenir ce lourd appareil photo."

© Peter Lavery

© Peter Lavery

© Peter Lavery

© Peter Lavery

© Peter Lavery

© Peter Lavery

Par Sirine Azouaoui, publié le 04/12/2019

Copié

Pour vous :