© Louis Draper

Des scènes de vie quotidienne documentées pendant et après la ségrégation par Louis Draper

En l'honneur du Black History Month, plusieurs musées américains mettent à l'honneur le travail engagé de Louis Draper.

À l’occasion du Black History Month, de nombreux musées et galeries américains tentent de remettre à leur juste place d’honneur les artistes noir·e·s dont on a étouffé l’aura créative des années durant. Ce mois-ci, la galerie new-yorkaise de Bruce Silverstein et le Virginia Museum of Fine Arts consacrent des expositions à un enfant de leurs contrées, né en Virginie et ayant passé sa vie d’adulte dans la Grosse Pomme : le photographe Louis Draper.

Né en 1935 dans le sud d’une nation gangrenée par la ségrégation, Louis Draper part vivre à New York dans les années 1950, en plein dans les mouvements des droits civiques. Son histoire et la vie politique et sociale de son pays influencent grandement son travail. Le jeune homme n’a que 20 ans lorsqu’est diffusée dans le magazine Jet l’image d’Emmett Till, un garçon noir de 14 ans condamné à être lynché par un jury blanc pour avoir supposément sifflé une femme blanche.

Publicité

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

Les lynchages de personnes noires étaient alors monnaie courante aux États-Unis et la mère de l’enfant avait insisté pour que son fils soit présenté dans un cercueil ouvert, afin que le pays entier ne puisse pas fermer les yeux devant les atrocités perpétrées à l’intérieur de ses frontières. La photographie du cadavre défiguré du garçon placé devant sa mère, stoïque, marque les esprits et fait comprendre à Louis Draper le pouvoir des images :

"Je veux montrer la force, la sagesse, la dignité des personnes noires… Je ne veux pas faire une déclaration documentaire ou sociologique, je veux une expression créative, le genre de vision et de compréhension pénétrantes des Noir·e·s que seul un photographe noir peut donner", écrivait-il alors.

Publicité

Décidé à marquer l’histoire de la photo de son travail personnel, mais aussi du travail de toute une génération d’artistes noir·e·s, Louis Draper crée "Kamoinge" (qui signifie "effort collectif" dans la langue Kikuyu du Kenya) en 1960 : une organisation rassemblant des membres s’épanouissant dans "la photo de rue, l’abstraction ou l’art du portrait", détaille la galerie Bruce Silverstein.

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

La "grâce sincère" comme moteur

L’espace new-yorkais expose jusqu’au 22 février une cinquantaine de tirages argentiques relatant les années 1950 et 1960, dans le cadre de l’exposition "Louis Draper – True Grace". On y retrouve des scènes de rue poignantes par la force de leur simplicité :

Publicité

"[Ses] photographies de personnes noires dans les rues de Harlem montrent leur dignité, leur grâce et leur fierté, racontait un membre de Kamoinge en 1987. Ses images étaient si bien tirées qu’elles paraissaient être en trois dimensions. Je n’avais jamais vu de si belles photographies de personnes noires ordinaires", rapporte Lens, le blog dédié à la photo du New York Times.

L’objectif principal de Louis Draper était de montrer ses sujets avec le plus de respect possible et surtout avec une "grâce sincère" (concept auquel fait référence le nom de l’exposition organisée à New York, "True Grace"), tout à fait palpable à travers la myriade d’images dont il est l’auteur.

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

Publicité

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

© Louis H. Draper Preservation Trust/Galerie Bruce Silverstein

L’exposition "Louis Draper - True Grace" est visible à la galerie Bruce Silverstein du 9 janvier au 22 février 2020. 

Par Lise Lanot, publié le 03/02/2020

Pour vous :