featuredImage

Des photos rarissimes d’une panthère noire aperçue au Kenya

Une rencontre insolite.

Au beau milieu de la savane du Kenya, le photographe Will Burrard-Lucas a eu la chance de se trouver au bon endroit au bon moment, et de croiser le chemin d’une panthère noire (ou léopard noir) en liberté, félin que l’on n’avait pas vu (et photographié) dans les parages depuis si longtemps qu’on avait été amenés à douter de son existence dans cette région du monde.

Cet animal peu docile, qui est le résultat d’une mutation génétique rare (le mélanisme), le photographe âgé de 35 ans a pu l’approcher, muni de ses nombreux objectifs, afin de rapporter quelques images inédites qui ont, depuis, fait le tour du Web. Il faut savoir que seulement 11 % des léopards sont noirs et on peut trouver la majorité des spécimens en Asie du Sud-Est et en Inde.

Le photographe animalier raconte qu’il lui a fallu plusieurs mois avant de tomber sur l’animal. Dévoilée le 11 février dernier, la série a, en réalité, été produite entre février et avril 2018, soit un an auparavant. Durant des semaines d’enquête et d’échanges avec les populations locales, Will Burrard-Lucas a fini par rencontrer les chercheurs du zoo de San Diego qui étudiaient justement les léopards dans la réserve de Loisaba Wildlife, à Laikipia, persuadés qu’il y en avait encore en liberté. Ils lui ont conseillé de poser son matériel à un endroit précis et d’attendre, tout simplement.

"C’était une panthère noire sortant des ténèbres"

La patience du photographe britannique lui a finalement valu cette rencontre insolite. Si un animal passait devant son dispositif photographique, des flashs s’enclenchaient. En regardant de plus près les photos de sa carte mémoire, il confie avoir "halluciné" devant ses six clichés exploitables où l’on voyait le félin sauvage. "C’était une panthère noire sortant des ténèbres. Les panthères noires sont si fascinantes et mystérieuses. Elles sont très connues du grand public et paradoxalement si peu répandues à l’état sauvage. C’est un rêve qui est devenu réalité. Je ne pensais pas accomplir une telle chose dans ma carrière. Je suis vraiment un chanceux."

Selon le chercheur Nicholas Pilfold, ce léopard noir rare aurait été photographié pour la dernière fois en liberté, sur le continent africain et de manière nette et claire, en 1909, soit il y a 110 ans. Paris Match nuance en racontant que la photojournaliste Phœbe Okall en avait photographié une – surnommée Bagheera en référence au Livre de la jungle –, en 2013, mais que celle-ci était en captivité, dans le comté de Laikipia au Kenya, et importée d'Amérique. Courrier International explique qu'un chercheur avait également croisé l'animal en 2001, donc que ce n'est pas une première depuis 110 ans, comme la majorité des médias l'ont relayé.

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 19/02/2019

Copié