© Fondation Gilles Caron/Clermes

"À la recherche de Gilles Caron", le film-enquête qui raconte le tumulte des années 1960

La réalisatrice Mariana Otero s'est plongée dans 100 000 images du photojournaliste en six ans de reportage autour du monde.

Pendant six ans, et alors qu’il n’avait pas encore passé la trentaine, le photographe Gilles Caron est parti en reportage à travers le monde. Son appareil en bandoulière, il a autant immortalisé la guerre des Six-Jours que le conflit nord-irlandais, la guerre du Vietnam et mai 1968, ainsi que des événements parisiens mondains – de Johnny Hallyday à Claude François, Gainsbourg et Jane Birkin.

"Autoportrait de Gilles Caron", décembre 1968, Tchad. (© Fondation Gilles Caron/Clermes)

Publicité

Lorsqu’elle tombe sur une biographie du photographe, la réalisatrice Mariana Otero est happée par ses images, et surtout par son histoire qui fait écho à sa propre enfance. Gilles Caron a disparu à 30 ans, laissant derrière lui deux petites filles, au même âge que la mère de la cinéaste, également mère de deux filles.

C’est l’intensité avec laquelle le photographe a immortalisé son époque qui fascine Mariana Otero, ainsi que sa capacité à mettre l’humain en avant, même dans les situations les plus difficiles :

"Dans ses photos, il y a toujours 'quelqu’un', même dans la plus dramatique des situations, 'quelqu’un' avec un corps, un visage, une histoire, qui ne se résume pas au désastre ou à la situation dont il est le protagoniste, le représentant", s’épanche la réalisatrice.

Mariana Otero s’est plongée dans 100 000 photos et 2 590 planches-contacts prises au fil de six années de reportage afin de réaliser un film sous forme d’enquête, Histoire d’un regard. À la recherche de Gilles Caron.

Avec son équipe, elle est partie à la recherche de personnes photographiées par Caron, en Irlande notamment, et a tenté de retrouver la chronologie de la multitude d’images laissées par le photographe. En partant "à la recherche de Gilles Caron", la cinéaste est partie à la découverte d’une époque, d’événements sociopolitiques, et d’un œil d’autodidacte particulièrement sensible et puissant.

Daniel Cohn-Bendit devant la Sorbonne face à un CRS, 6 mai 1968, Paris. (© Fondation Gilles Caron/Clermes)

Jane Birkin et Serge Gainsbourg lors du tournage du film "Les Chemins de Katmandou" d’André Cayatte, janvier 1969, France. (© Fondation Gilles Caron/Clermes)

Manifestation CGT, mai 1968, place de la République, Paris, France. (© Fondation Gilles Caron/Clermes)

Publicité

Émeutes du Bogside, août 1969, Irlande du Nord, Ulster, Londonderry. (© Fondation Gilles Caron/Clermes)

Soldat américain, guerre du Vietnam, janvier 1967, Vietnam. (© Fondation Gilles Caron/Clermes)

"Histoire d’un regard" de Mariana Otero.

Publicité

Affiche d'"Histoire d’un regard. À la recherche de Gilles Caron" de Mariana Otero.

Histoire d’un regard. À la recherche de Gilles Caron sera visible en salles le 29 janvier 2020.

Publicité

Konbini, partenaire du film Histoire d’un regard. À la recherche de Gilles Caron.

Par Lise Lanot, publié le 10/01/2020

Pour vous :