Reportage : au cœur des traditions festives des Amérindiens

Le photographe Stéphane Roux est parti documenter les traditions dansantes et les belles festivités des Amérindiens, qui se rassemblent chaque année au Canada.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux

Stéphane Roux s'est rendu dans le nord de Montréal au Canada, en juillet dernier, pour immortaliser l'événement festif annuel des Amérindiens, qui rassemble plusieurs tribus et communautés. Ces dernières célèbrent leur culture et en profitent pour se retrouver et se ressourcer. Avec son appareil photo numérique, Stéphane est revenu avec un photo-reportage qui met à l'honneur la joie et la beauté de tous ces peuples.

Publicité

Regalias et pow-wow

Publicité

"Si certains de ces rassemblements au Canada peuvent être qualifiés par certains de superficiels, celui-ci ne l’était pas", confie Stéphane Roux. Ses photographies présentent les vêtements traditionnels : les regalias pour les hommes, les robes à clochettes pour les filles ainsi que différentes sortes de maquillage. On assiste aussi à plusieurs moments importants : la portée de sacs de sable, la danse du pow-wow, les danses inter-tribales ainsi que celle du Fancy Shawl.

Les couleurs sont vibrantes et leurs tenues sont impressionnantes, le tout est mis en valeur par leurs mouvements. Il nous explique qu'il était au 10e rassemblement des Premières Nations à Mashteuiatsh (signifiant "là où il y a une pointe"), qui désigne la rive ouest du lac Saint-Jean où habite une communauté autochtone canadienne. Cette tribu est largement constituée d'Ilnus (ou Montagnais). Stéphane Roux explique :

"Ces festivités invitent les membres des différentes nations ainsi que les visiteurs non-autochtones à se réunir afin de célébrer leurs traditions et leur culture. Sur plusieurs jours de manifestations sportives, musicales et culinaires se sont tenues au bord du lac des danses en costumes traditionnels (ou "regalias") et des pow-wow.

Traditionnellement, les pow-wow étaient des rassemblements religieux où on célébrait les exploits guerriers. Aujourd’hui, ces manifestations sont devenues une source d’échange, de rencontre et une manière de faire vivre un héritage culturel, symbole d’autant plus fort si l’on se souvient que toute forme de danse amérindienne avait été interdite en 1914 en dehors des réserves et en 1925 sur l’ensemble du territoire et ceci jusqu’en 1951."

Revendiquer les droits des Amérindiens

Pour ce photographe qui a été en immersion dans les traditions de ces peuples et confronté à leurs problèmes, cette série vise aussi à aborder les droits des Amérindiens. Il nous raconte :

"La loi sur les Indiens datant de la fin du 19e siècle visait à homogénéiser la population et interdisait donc aux membres des Premières Nations d’exprimer leur identité par des activités liées à leur culture. Aujourd’hui, après plusieurs modifications de cette loi souvent contradictoire, il a été reconnu aux autochtones plus de droits, même si de nombreuses inégalités existent encore.

Paradoxalement, certains membres des Premières Nations restent attachés à ladite loi car celle-ci symbolise une certaine reconnaissance de leur existence en tant que communauté. Depuis les années 1990, le Canada a fait évoluer certains textes et a permis une certaine autonomie gouvernementale aux Premières Nations. Malgré son évolution, la loi sur les Indiens n’a toutefois pas été abolie."

Son travail s'inscrit également dans cette dénonciation, en faisant le constat de certains faits. Il y a encore un long chemin à faire pour reconnaitre toute la culture et l'histoire de ces peuples indigènes.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Homme en regalia, vêtement unique, souvent confectionné par le danseur ou sa famille. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Toutes les générations sont concernées et les enfants participent également activement aux danses. The First Nations, © Stéphane Roux.

Publicité

The First Nations, © Stéphane Roux.

Mère apprêtant sa fille avant un pow-wow. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Les danses inter-tribales invitent tout le monde à participer, y compris le public, les non-autochtones ou les gens ne portant pas de regalia. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Jeune fille apprêtée pour la danse de la robe à clochette dans laquelle les cônes de métal attachés à sa robe s’entrechoquent lors de ses mouvements. The First Nations, © Stéphane Roux.

Publicité

The First Nations, © Stéphane Roux.

Danseuse de Fancy Shawl, réservée aux femmes, dans laquelle les mouvements du châle rappellent le vol d’un papillon. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Une des épreuves sportives est celle du portage, où les participants tentent d’atteindre l’arrivée en portant des sacs de sable. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Sous la chaleur canadienne écrasante du mois de juillet, les enfants se rafraîchissent au lac Saint-Jean entre deux activités. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Les regalias des danseurs traditionnels rappellent les exploits des guerriers et peuvent donc être composés de boucliers et de colliers d’os. The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

The First Nations, © Stéphane Roux.

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 05/12/2016

Copié

Pour vous :