Sonja Sajzor – “When I enter a room, if people know about me and know that I’m trans, they expect me to be less capable, to not have great and creative ideas. Somehow, they identify being trans with inferiority. But then, after I’ve spoken to them and after they’ve heard what I have to say, I come across as eloquent and creative, as professional.”

Ce photographe documente le quotidien de la communauté LGBTQ+ en Serbie

Des images poignantes et nécessaires.

Srdjan et Dalibor sont en couple depuis six ans. Souvent insultés, ils marchent souvent têtes baissées car certaines réactions peuvent être dangereuses. Dalibor déclare : "Quand je pense à l’avenir, je veux pouvoir marcher dans la rue et lui tenir la main sans craindre d’être attaqué, que ce soit verbalement ou physiquement." (© Slobodan Randjelovic)

En juin 2001, la première gay pride de l’histoire de la Serbie avait lieu sur la place centrale de Belgrade. Une marche particulièrement courte puisqu’une foule ultranationaliste a rapidement stoppé le défilé : des centaines de participants ont été frappés et insultés. Suite à ce traumatisme, aucune marche n’a eu lieu pendant des années.

Publicité

Ce n’est qu’en octobre 2010 qu’un nouvel événement s’est tenu dans l’espace public et encore une fois l’homophobie y a été particulièrement violente : des émeutiers anti-homosexuels ont tiré des coups de feu et lancé de l’essence sur les participants. Ce n’est qu’en 2014 qu’une marche des fiertés a été organisée sans interruption. Il a toutefois fallu déployer un important dispositif de forces de l’ordre pour protéger le cortège.

C’est dans ce contexte tendu que le photographe serbe Slobodan Randjelovic a décidé de parler de la communauté LGBTQ+ serbe, en réalisant une série d’images fortes. À travers son travail, il dresse le portrait de 20 personnes dans le pays et montre leurs luttes quotidiennes contre l’homophobie et la transphobie. On y découvre la difficulté de s’éloigner de l’hétérosexualité dans un pays qui, malgré quelques mesures plus progressives, reste très conservateur.

Loin de se contenter de faire un état des lieux de la situation dans le pays, la série d’images raconte aussi comment l’amitié et la solidarité peuvent aider des individus à s’accepter et à se projeter dans l’avenir. Les photographies ont donné lieu à un ouvrage intitulé Lives in Transition: LGBTQ Serbia, publié aux éditions The New Press. Des images sincères, poignantes et nécessaires, qui montrent que l’orientation sexuelle et l’identité de genre restent encore un sujet tabou, même en Europe.

Publicité

© Slobodan Randjelovic

© Slobodan Randjelovic

© Slobodan Randjelovic

Publicité

© Slobodan Randjelovic

© Slobodan Randjelovic

© Slobodan Randjelovic

Publicité

© Slobodan Randjelovic

Lives in Transition — LGBTQ Serbia de Slobodan Randjelovic publié aux éditions New Press.

Par Lisa Miquet, publié le 29/01/2019

Copié

Pour vous :