© Mustafah Abdulaziz

Avec sa série sur l'eau, Mustafah Abdulaziz remporte le prix Leica Oskar Barnack 2019

Le photographe américain, lauréat du prix Leica Oskar Barnack, reçoit 25 000 euros ainsi qu'un appareil et un objectif.

Avec Water, une série photos qui traite de l’utilisation et de l’exploitation de l’eau à travers le monde et sur laquelle il travaille depuis 2011, Mustafah Abdula répond aux enjeux écologiques et humains liés aux ressources naturelles. C’est grâce à ces images, déjà publiées dans différents magazines internationaux comme le Time, le Guardian et Der Spiegel que le photographe américain a remporté le Prix Leica Oskar Barnack 2019. 

Ces images poignantes – vues aériennes, portraits, natures mortes etc. – nous plongent, petits humains que nous sommes, dans le silence et l’immensité aqueuse. La multitude de formes que prennent l’eau et les relations humaines qui en découlent vient nous interroger sur la façon dont nous vivons notre époque, comme le précise d’ailleurs le photographe :

Publicité

"'Water' est ma manière d’explorer le monde, d’y prendre part de manière utile et responsable et de donner une dimension à un sujet fascinant hyperimportant. Je ne fais pas ce travail uniquement parce qu’il m’apporte une grande satisfaction mais parce qu’il est nécessaire. Notre rapport à la planète pourrait être le sujet majeur de notre époque", rapporte le site Lense

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

Mustafah Abdulaziz s’est distingué parmi une poignée de finalistes aux sujets tout aussi saisissants, tels que le conflit israélo-palestinien avec Mustafa Hassona, la vie d’une adolescente trisomique avec Snezhana von Büdingen ou la situation à la frontière américano-mexicaine avec Francesco Anselmi

Publicité

Le prix des "nouveaux venu·e·s" a quant à lui été attribué à la jeune allemande Nanna Heitmann pour sa série Hiding from Baba Yaga, réalisée le long d’un voyage en Sibérie.

Depuis 1979, la marque Leica récompense – presque – chaque année un photographe professionnel ayant réalisé une série d’une douzaine d’images "exprimant la relation entre l’homme et l’environnement de façon graphique"

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

Publicité

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

Publicité

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Water". (© Mustafah Abdulaziz/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Borderlands". (© Francesco Anselmi/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Soon to be Gone". (© Tadas Kazakevičius/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

" Meeting Sofie". (© Snezhana von Büdingen/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Palestinian rights of return protests". (© Mustafa Hassona/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

"Hiding from Baba Yaga". (© Nanna Heitmann/Prix Leica Oskar Barnack 2019)

Par Lise Lanot, publié le 06/09/2019

Copié

Pour vous :