© Spencer Tunick

Spencer Tunick et son armée de modèles nus en guerre contre la censure de la nudité

Les directives de Facebook et Instagram, entre autres, renforcent le sexisme bien réel qui pullule sur ces plateformes.

Cachez ce téton que je ne saurais voir : voici le mantra ô combien restrictif que les réseaux sociaux semblent revendiquer. Tandis que la censure anti-nudité continue de sévir sur ces plateformes, quelques voix s’élèvent pour faire barrage. Parmi les dissidents qui refusent d’accepter bêtement ces règles contraignantes, Spencer Tunick, photographe états-unien réputé, compte bien se faire entendre avec son prochain projet artistique.

Le 2 juin prochain à New York, tôt dans la matinée, l’artiste se rendra à un endroit encore non communiqué pour mettre en place un shooting massif. En effet, une centaine de mannequins poseront nu·e·s pour une photo mûrement réfléchie par Spencer Tunick, destinée à remettre en question les règles en vigueur relatives à la nudité sur Facebook et Instagram en priorité.

Publicité

Bien entendu, le photographe a pensé à tout afin que son cliché puisse être partagé sans encombre dans la foulée sur les réseaux sociaux concernés. Intitulé We The Nipple et réalisé en collaboration avec la Coalition Nationale contre la Censure (NCAC en anglais), son projet prendra en compte les restrictions établies pour les contourner avec ingéniosité. Bien que la forme exacte de la photo en prévision ne soit pas détaillée, on sait que Spencer Tunick a fait appel à une flopée d’artistes masculins, qui ont tous fait don d’images de leurs tétons pour qu’elles soient incluses dans le rendu final.

Comme on peut sans douter, ces photos de tétons gracieusement mises à disposition du photographe seront utilisées à bon escient afin de créer une œuvre qui dénoncera le sexisme inhérent à la censure de la nudité telle que pratiquée par les réseaux sociaux les plus influents. Car oui, les torses masculins peuvent être exhibés sans souci sur la Toile, mais les femmes aux seins nus demeurent personæ non gratæ – sur les réseaux comme dans l’espace public, d’ailleurs.

Publicité

Pour rappel, Spencer Tunick n’est pas un novice en matière de photos de nu. L’artiste s’est déjà rendu aux quatre coins du globe et cumule plus d’une centaine de projets plus ou moins similaires à celui qu’il organisera dans la Big Apple. Sa démarche anti-censure se veut bénéfique pour tout le milieu de la photographie qui mise beaucoup sur les réseaux sociaux pour faire connaître son travail. En espérant que ce happening new-yorkais ouvre un véritable débat.

Par Florian Ques, publié le 23/05/2019

Copié

Pour vous :