© @_botttt

Symbole de lutte : des étudiants noirs posent devant une ancienne plantation esclavagiste

Des étudiants en médecine afro-américains dénoncent le manque de diversité dans leur métier.

L'année dernière, un étudiant en médecine américain emmenait sa fille visiter la Plantation Whitney, un musée sur l'esclavage situé sur une ancienne plantation, en Louisiane. Touché par cette visite difficile, le jeune homme noir était revenu auprès de ses camarades avec une idée en tête : "poser habillé·e·s de noir et de nos blouses blanches". Quinze étudiant·e·s noir·e·s ont été séduit·e·s par l'idée et ont posé, ensemble, pour une image puissante :

"Voir tant de futurs médecins sur une image était puissant, surtout dans un endroit consacré à nos ancêtres et à leurs luttes. On savait que cette photo allait faire réagir et faire réfléchir les gens. En tous cas, pour moi, c'était vraiment une expérience intense et émouvante", a rapporté Russell Ledet, un des étudiants à l'origine du projet, à la NBC

Publicité

"Debout devant les quartiers esclavagistes de nos ancêtres, à la Plantation Whitney, avec mes camarades de l'école de médecine. Nous représentons vraiment les rêves les plus fous de nos ancêtres."

Sa consœur Sidney Lebat a partagé l'image sur son compte Twitter. La photo a rassemblé une vingtaine de millers de retweets et plus de 85 000 likes pour la façon dont elle encapsule "les rêves les plus fous de [leurs] ancêtres" et présente un message d'espoir pour les plus jeunes générations d'étudiant·e·s afro-américain·e·s, qui pourraient être inspirées par cette image poignante.

Le groupe de militant·e·s aimerait d'ailleurs que cette photographie soit affichée dans le plus de salles de classe possible afin que les enfants noir·e·s voient une image de réussite sans que "la première chose qu'ils voient soit un homme blanc". Plusieurs établissements scolaires ont déjà annoncé leur souhait d'afficher cette photo qui rappelle les douleurs d'un passé esclavagiste et raciste, dans un message d'espoir.

Publicité

Par Lise Lanot, publié le 05/02/2020

Pour vous :