The Art of Movement, un livre photo sur la gestuelle des corps dans la danse

Les photographes Ken Browar et Deborah Ory se sont réunis autour d'un projet photographique qui met à l'honneur la beauté du mouvement chez les danseurs.

Publicité

Le NYC Dance Project est une initiative lancée par un couple de photographes : Ken Browar, spécialisé dans les portraits de mode, et Deborah Ory, danseuse et photographe. Leur motivation première est de montrer toute la beauté et la majestuosité des mouvements des danseurs à travers un site, un compte Instagram et un livre qui sortira bientôt.

Un couple issu du milieu éditorial

Pour comprendre le parcours de ce couple et découvrir comment il est entré dans le milieu de la danse, il faut expliquer les histoires respectives de Ken et Deborah. Ken Browar a travaillé entre autres pour Vogue, Elle, Marie Claire et beaucoup de magazines de mode européens. Sa passion pour la danse s'est déclarée quand il vivait à Paris et qu'il photographiait les danseurs du ballet de l'Opéra de Paris.

Publicité

De son côté, Deborah Ory a longtemps pratiqué la danse, qu'elle a commencée à l'âge de six ans. Au moment où elle était en arrêt maladie à cause d'une blessure, elle s'est mise à photographier les répétitions des danseurs. Par ailleurs, elle a travaillé en tant qu'iconographe pour House & Garden et Mirabella, et a réalisé des éditoriaux pour Self, Health, Martha Stewart Living et Real Simple.

Un projet Instagram et un site : NYC Dance Project

Pour témoigner de cet univers empreint d'élégance, Ken et Deborah ont créé un Instagram intitulé NYC Dance Project et un site. Ils y partagent quotidiennement des portraits de danseurs hommes et femmes de différentes troupes de ballet, qu'ils photographient et dont les clichés sont accompagnés de légendes présentant le danseur en question. Plus que de simples portraits, ils veulent partager un fragment de la personnalité des danseurs et de chacune de leurs rencontres.

Ils expliquent au site My Modern Met que cette idée leur est venue en 2014, lorsqu'ils s'apprêtaient à décorer la chambre de leur fille Sarah (jeune danseuse passionnée par la danse classique) avec des photos de danseuses étoiles contemporaines. Ils se sont alors rendus compte qu'il n'y avait pas beaucoup de portraits de ses danseurs préférés disponibles.

Publicité

Ils ont donc contacté le danseur principal de l'American Ballet Theatre pour lui demander s'ils pouvaient le prendre en photo. Il a bien sûr accepté, et a fait passer le mot à ses collègues danseurs. Le couple s'est retrouvé avec beaucoup de demandes de collaborations avec les danseurs, cela s'étant propagé dans la communauté du ballet.

Au fil des portraits qu'ils ont réalisés, Ken et Deborah ont voulu explorer la grâce de la danse à travers un fil conducteur : l'art du mouvement et de la gestuelle. Ils tirent le portrait de couples de danseurs complémentaires, de danseuses enveloppées de robes en voile — qui rehaussent davantage l'idée du mouvement —, ou encore de corps sans artifices ou costumes, dévoilant ainsi tout l'esthétisme de leur gymnastique. À propos de leur projet, ils confient :

"On discute avec le danseur de l'émotion qu'on aimerait qu'il exprime et on travaille avec le mouvement qui doit exprimer ce sentiment. Quand le danseur se met à bouger, on capture des moments spécifiques et on affine ce travail ensuite. Nos images figent des instants simples, comme par exemple la respiration du danseur avant qu'il saute.

Ce projet est une célébration du corps et du mouvement. Les danseurs sont simultanément des artistes et des athlètes, et c'est ce qu'on essaye de montrer à travers nos photographies : des portraits d'artistes."

Publicité

Un livre photo en route : The Art of Movement


Dans un élan d'ambition, les clichés de ce compte Instagram ont ensuite été adaptés et récupérés pour en faire un beau livre photo : The Art of Movement, qui sortira le 25 octobre prochain et que vous pouvez pré-commander dès maintenant sur Amazon. Chaque photo raconte une histoire, celle de chacun de ces artistes. Le couple de photographes explique à My Modern Met :

"On vient tous les deux du domaine éditorial et on voulait partager plus que de simples portraits avec nos lecteurs. On veut leur montrer ce que les danseurs sont réellement en dehors du monde de la danse, des représentations et des répétitions.

On a posé les mêmes questions à chaque danseur pour en apprendre un peu plus sur sa personnalité, et chacune de leurs réponses étaient différentes. Certains sont représentés dans ce livre pas seulement pour leurs qualités de danseurs, mais vraiment pour leurs histoires personnelles et leurs caractères."

Ils poursuivent en racontant le parcours atypique de plusieurs des danseurs qu'ils ont rencontrés au cours de ce projet. Jenelle et Samantha Figgins sont deux jumelles qui ont grandi ensemble et se sont entraînées ensemble. Elles ont pris des chemins différents : l'une s'est retrouvée dans une compagnie de ballet, l'autre dans une troupe de danse contemporaine. Leur portrait raconte comment elles ont dû se soutenir malgré le fait qu'elles soient en compétition dans le même domaine : la danse.

Ils ont aussi interviewé Julian MacKay, qui a commencé à danser à onze ans et a étudié en Russie à la Bolshoi Ballet Academy pendant six années de son enfance. Julian explique comment il a grandi en Russie, dans un environnement totalement différent du sien. On peut aussi découvrir dans le livre un portrait de Misty Copeland, la première danseuse noire à performer Swan Lake avec l'American Ballet Theatre.

À travers ses 300 pages, le livre présente de véritables portraits de plus de 70 danseurs à travers le monde, dans des compagnies prestigieuses comme l'American Ballet Theatre, le New York City Ballet, la Martha Graham Dance Company, l'Alvin Ailey American Dance Theater, le Royal Danish Ballet, le Boston Ballet ou encore le Royal Ballet. Pris à la fois en noir et blanc et en couleurs, ce projet montre avec brio la nature artistique de la danse ainsi que la passion et l'intimité de chaque modèle. De beaux mouvements qui se déploient sur du papier glacé, pour le plaisir des yeux.

Par Donnia Ghezlane-Lala, publié le 11/10/2016

Copié

Pour vous :