© Joseph Ford et Nina Dodd

Un duo a imaginé des pulls se fondant dans des décors pour une série photo ton sur ton

Cinq années et des milliers d'heures de tricot ont été nécessaires.

Pendant cinq ans, les vies de Joseph Ford et de Nina Dodd ont été rythmées par les cliquetis réguliers d'aiguilles à tricoter. Le duo a imaginé une centaine de modèles de pull-overs imaginés pour se fondre dans des décors précis. 

Tout commence lorsque Nina Dodd conçoit un pull dont le motif s'inspire des sièges des bus de Brighton. Joseph Ford photographie un modèle portant le fameux pull dans le bus.

Publicité

© Invisible Jumpers

Ensuite, tout s'enchaîne : le photographe part à la recherche de lieux, plus ou moins incongrus et graphiques ("accrocheurs mais en même temps assez simples pour être tricotés", précise-t-il à Bored Panda), dont la tricoteuse s'inspirera :

"En général, je commence avec une idée : 'et si je photographie quelqu'un qui se confond avec le pic d'une falaise ?', raconte-t-il. Puis, je pars à la recherche de l'endroit idéal. Il faut faire attention à ce que ces lieux ne changent pas trop vite, puisque l'étape du tricot peut prendre plusieurs semaines. Ça aurait été horrible de préparer un pull et de ne pas pouvoir prendre la photo parce que le lieu avait été détruit entre-temps. [...]

Publicité

Une fois que j'ai trouvé le lieu, je prends en photo quelqu'un à l'endroit où se trouvera le modèle pour la photo finale. Je dessine sur cette photo de repérage et je l'annote avec différentes couleurs et schémas afin que Nina planifie son tricot. En général, il y a une dizaine de teintes de laine différentes sur une seule image et jusqu'à 24 pelotes de laine pour les motifs les plus complexes."

© Invisible Jumpers

Ce travail acharné a donné lieu à Invisible Jumpers, un livre qui compile les mises en scène fantasques du duo. Nombre d'entre elles fourmillent de détails invisibles au premier coup d'œil et, pour pousser la plaisanterie un peu plus loin, Joseph Ford et Nina Dodd ne se sont pas arrêtés à des modèles vivants et ont imaginé des scènes dans lesquelles sont immortalisés des chiens, des chats, des souris et même des bananes ou des théières. 

Publicité

Sous ses dehors amusants, la série repose sur une collaboration minutieuse de milliers d'heures (et seulement des retouches de l'ordre de la balance des couleurs) et oblige celles et ceux qui la regardent à se pencher par deux fois sur les images, afin d'en saisir toutes les subtilités.

© Invisible Jumpers

© Invisible Jumpers

Publicité

© Invisible Jumpers

© Invisible Jumpers

© Invisible Jumpers

© Invisible Jumpers

© Invisible Jumpers

© Invisible Jumpers

Couverture de Invisible Jumpers

Invisible Jumpers est disponible aux éditions Hoxton Mini Press.

Par Lise Lanot, publié le 12/11/2019

Copié

Pour vous :