© Jermaine Horton

Un photographe a offert un shooting à une élève bannie de sa photo de classe pour sa coupe

L'écolière de 8 ans a été privée de photo de classe à cause de sa coupe de cheveux.

Le mois dernier dans l’État du Michigan, une petite fille se voyait exclue de sa photo de classe. Mises en cause, ses extensions rouges, violation du code de l’école qui stipule que les enfants doivent avoir une "couleur de cheveux naturelle"

L’affaire a cependant pris de l’ampleur lorsque le père de la petite Marian a déclaré que l’école n’avait aucunement fait part de ces reproches avant la photo et que, bien qu’écartée de la photo de classe, la fillette n’avait pas été exclue des cours : "Si elle ne dérange pas la classe, pourquoi dérange-t-elle l’image ?", s’interrogeait son père devant les caméras d’une chaîne de télévision locale.

Publicité

© Jermaine Horton

Ainsi, comme un rappel de cette triste polémique d’un lycée privé guadeloupéen interdisant waves, locks, tresses, coupes afro ou encore waves, l’interdiction imposée à Marian Scott interroge les relents racistes durant l’histoire.

Un juste retour des choses pour Marian

La suspension de la petite a ému les téléspectateur·rice·s, jusqu’à ce que Jermaine Horton, un photographe professionnel vivant dans l’Illinois, décide de rétablir le juste équilibre des choses en offrant un shooting personnel à Marian Scott. Vêtements colorés et extensions rouges dans les cheveux, l’écolière de 8 ans a profité de ce moment spécial et inspiré de nombreux autres citoyen·ne·s.

Publicité

Selon PetaPixel, le projet a inspiré des milliers de personnes qui auraient contacté Jermaine Horton pour eux-mêmes "faire de bonnes actions". Le photographe a également annoncé la création d’un nouveau programme intitulé "L’Art de la confiance en soi" afin d’aider les jeunes à retrouver confiance en eux grâce à l’image.

© Jermaine Horton

© Jermaine Horton

Publicité

© Jermaine Horton

© Jermaine Horton

Vous pouvez retrouver le travail de Jermaine Horton sur son site, ses comptes Facebook et Instagram.

Publicité

Par Lise Lanot, publié le 21/11/2019

Copié

Pour vous :