© Nasa/JPL-Caltech

Une image de "bulles" de gaz et de poussière dans la Voie lactée émerveille la Toile

Des photos qui font partie d'un projet citoyen visant à cartographier les étoiles.

Grâce à leur télescope spatial infrarouge Spitzer, les équipes de la Nasa ont immortalisé un phénomène pour le moins pétillant au milieu de la Voie lactée, dans la constellation de l’Aigle. La vision infrarouge du télescope a permis de distinguer des nuages de gaz et de poussière à l’allure de bulles massives, autrement invisibles à l’œil nu justement à cause des couches de poussière successives présentes dans notre galaxie, précise l’agence spatiale américaine.

Ces bulles sont "gonflées par le vent et les radiations émises par de jeunes étoiles massives. Chaque bulle est remplie de centaines de milliers d’étoiles formées à partir de denses nuages de gaz et de poussière". Selon les scientifiques, ces dernières seraient distantes d’environ 10 à 30 années-lumière les unes des autres. 

Publicité

Si l’image est si colorée, c’est parce que chaque teinte correspond à une information différente :

"Le bleu représente une longueur d’onde principalement émise par les étoiles ; la poussière et les molécules organiques appelées hydrocarbures apparaissent en vert et la poussière chauffée par les étoiles apparaît en rouge.

Les flux de particules émis par les étoiles, nommés vents stellaires, ainsi que la pression de la lumière que produisent les étoiles peuvent éloigner les corps environnants, créant parfois un périmètre distinct."

Ce nuage de gaz et de poussière est rempli de bulles gonflées par le vent et les radiations émises par de jeunes étoiles massives. Chaque bulle est distante d’environ 10 à 30 années-lumière de la suivante et est remplie de centaines de milliers d’étoiles. Cette région est située dans la Voie lactée, à l’intérieur de la constellation Aquila (aussi connue sous le nom de "l’Aigle"). (© Nasa/JPL-Caltech)

Dans un entretien accordé à Spaceflight Now, Lisa Storrie-Lombardi, en charge du projet Spitzer, s’est épanchée sur "les avancées extraordinaires" permises par la vision infrarouge du télescope, notamment en matière "de compréhension des systèmes planétaires, des étoiles, de l’évolution de galaxies plus ou moins proches, de la structure de la Voie lactée, de la variété infinie d’étoiles et des composantes de notre système solaire"

Publicité

Ces images font partie du "Projet Voie lactée", un projet citoyen qui vise à cartographier la formation des étoiles à travers la galaxie. Plus de 78 000 participant·e·s du projet, des citoyen·ne·s passionné·e·s d’astronomie, ont jusqu’ici compté 2 600 bulles et 599 ondes de choc (ces "arcs de poussière chaude formés lorsque le vent émis par des étoiles bougeant rapidement poussent des grains de poussière éparpillés à travers la nébuleuse"). Tous comme ces formations de multitudes d’étoiles à des années-lumière de notre petite planète, une multitude de Terrien·ne·s s’affairent ainsi à comprendre l’infiniment grand et l’infiniment petit.

-> À lire également : Pourquoi et comment sont colorisées les images de la Nasa ?

Par Lise Lanot, publié le 02/10/2019

Copié

Pour vous :