© Mulugeta Ayene

World Press Photo 2020 : d'Alger à Hong Kong, les images fortes des finalistes révélées

Le concours dédié au photojournalisme met en lumière les grands événements de l'année passée.

Un peu plus d’un mois avant l’annonce des gagnant·e·s du World Press Photo Contest, la prestigieuse compétition dédiée au photojournalisme a révélé ses images finalistes, choisies parmi près de 74 000 photographies envoyées depuis 125 pays. Les photographes pré-sélectionné·e·s ont tou·te·s fait preuve d’une maîtrise technique parfaite, couplée à la mise en lumière d’événements politiques, sociaux ou naturels ayant marqué l’année passée à travers le monde.

Cette première élimination présente un tour du monde de l’actualité. Dans sa catégorie "Problématiques contemporaines", des sujets aussi divers que la montée du néonazisme, la captivité des tigres aux États-Unis ou le marché de l’armement sont présentés. Des centaines de photographes ont tenté leur chance dans l’une des catégories du concours, à savoir : l’environnement, les actualités mondiales, les projets au long cours, la nature, les portraits, les sports et les faits divers.

Publicité

Des étudiant·e·s résistent face à la police lors d’une manifestation anti-gouvernement à Alger, le 21 mai 2019. Catégorie "Photo de l’année". (© Farouk Batiche pour la Deutsche Presse-Agentur/World Press Photo Foundation)

Place aux reportages

Depuis l’année dernière, la compétition a initié une nouvelle catégorie dédiée aux reportages photo. Cette nouveauté donne la possibilité aux photographes d’approfondir les sujets qu’ils immortalisent, en proposant de véritables histoires et pas seulement une unique image :

"Plus nous avançons dans le photojournalisme, plus les gens regardent les choses de façon poussée. On voit de plus en plus de reportages détaillés, réalisés sur de longues périodes, et ces travaux doivent être récompensés", affirme le photographe australien Chris McGrath, l’un des membres du jury de cette édition 2020.

Publicité

Un jeune homme, éclairé par des téléphones portables, récite un poème pendant que des manifestant·e·s chantent des slogans, lors d’une coupure de courant à Khartoum, au Soudan, le 19 juin 2019. Catégorie "Photo de l’année". (© Yasuyoshi Chiba pour l’Agence France Presse/World Press Photo Foundation)

Les trois reportages finalistes se concentrent sur l’Algérie, Hong Kong et l’Éthiopie. Kho, la genèse d’une révolte, de Romain Laurendeau, s’applique à revenir sur l’origine des contestations populaires commencées en Algérie en février 2019.

Pendant plusieurs années, le photographe a immortalisé en noir et blanc la population algérienne et notamment ses jeunes, qui représentent la moitié du pays. En plus de nous faire sentir "comme si on y était", le jury a apprécié la façon dont Romain Lanrendeau est parvenu à raconter un événement historique à la lumière des quelques années l’ayant précédé.

Publicité

"Kho, the Genesis of a Revolt". (© Romain Laurendeau/World Press Photo Foundation)

Nicolas Asfouri a également étudié un soulèvement politique ayant commencé au début de l’année dernière. Le photographe danois a placé Hong Kong au cœur de son travail, s’intéressant aux manifestations anti-gouvernement et pro-démocratie. Là aussi, c’est la représentation de la jeunesse qui a happé les juré·e·s :

"On voit émerger une nouvelle jeunesse sur cette planète. Une jeunesse déterminée à écrire son avenir […], à se confronter à des institutions et des gouvernements très puissants et dangereux. Ce reportage englobe tout cela dans chaque image", s’émerveille le juré sud-africain Lekgetho Makola.

Publicité

"Hong Kong Unrest". (© Nicolas Asfouri pour l’Agence France Presse/World Press Photo Foundation)

Le photographe éthiopien Mulugeta Ayene, troisième finaliste de cette toute récente catégorie, a quant à lui réalisé un reportage sur son propre pays, après le tragique accident du 10 mars 2019, lorsqu’un Boeing s’est écrasé dans un champ à Addis Ababa, tuant ses 157 passager·ère·s. En plus de sa puissance mémorielle, la série a été encensée pour ce qu’elle raconte du continent africain :

"Ce projet était une superbe plateforme pour mettre à bas les stéréotypes sur l’Afrique […]. Pour moi, en plus du désespoir et du deuil, ce projet montre au reste du monde quelque chose de crucial : le fait que l’Afrique se développe, que l’Afrique n’est pas ce que les gens croient, que l’Afrique fait partie du monde", martèle Lekgetho Makola.

En attendant l’annonce des gagnant·e·s définitif·ve·s le 13 avril prochain, cette liste de finalistes permet de revenir en images sur l’actualité de l’année passée, cela à travers le prisme d’yeux artistiques pluriels.

"Ethiopian Airlines Flight 302 Crash Site". (© Mulugeta Ayene/World Press Photo Foundation)

"Un combattant kurde blessé reçoit de la visite". Ahmed Ibrahim (18 ans), un combattant brûlé, reçoit la visite de sa compagne à l’hôpital Al-Hasakah, en Syrie, le 20 octobre 2019. Elle a eu du mal à entrer dans la pièce, tant ses blessures l’effrayaient, mais une infirmière l’a convaincue de rentrer pour tenir la main d’Ahmed et lui parler un peu. Catégorie "Photo de l’année". (© Ivor Prickett/World Press Photo Foundation)

"Une proche pleure une victime du crash du vol ET 302". Une proche d’une victime du crash du vol d’Ethiopan Airlines se jette de la poussière dans le visage sur le lieu de l’accident, à Addis Ababa, en Éthiopie, le 14 mars 2019. Catégorie "Photo de l’année". (© Mulugeta Ayene/World Press Photo Foundation)

"Le réveil". Une Arménienne de 15 ans, qui vient de se réveiller d’un état catatonique induit par le syndrome de résignation, est assise dans un fauteuil roulant entre ses parents, dans un camp d’accueil pour réfugié·e·s à Podkowa Leśna, en Pologne. Catégorie "Photo de l’année". (© Tomek Kaczor pour la Gazeta Wyborcza/World Press Photo Foundation)

"Ce n’est rien de personnel – les dessous de la guerre". Un businessman range une paire de lance-grenades antichar à la fin d’une journée d’exposition, au Salon international de la défense à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 18 février 2019. Catégorie "Photo de l’année". (© Nikita Teryoshin/World Press Photo Foundation)

Par Lise Lanot, publié le 02/03/2020