À Londres, une expo célèbre 40 ans de dancefloor en photos

De la northern soul à la musique garage, l’exposition "Lost in Music", qui ouvre à Londres ce jeudi 4 février, revient sur les grands mouvements musicaux qui ont marqué l’histoire des quarante dernières années.

Depuis toujours, la musique est le berceau des subcultures. Ce jeudi, la Printspace Gallery inaugure une exposition qui s’intéresse à l’histoire de la musique dansante et à la culture des boîtes de nuit.

"Lost in Music" rendra en quelque sorte hommage aux DJ's et aux amateurs du dancefloor en revenant sur les grands mouvements culturels qui ont trouvé racine dans la musique du Royaume-Uni et d’ailleurs.

Publicité

Le club de Sunnyside Up, en 1998, à Londres. (Photograph: Dave Swindells via Full Bleed)

Le club de Sunnyside Up, en 1998, à Londres. (© Dave Swindells via Full Bleed)

Les 500 clichés de cette exposition recouvrent une période de plus de trente ans, du début du disco jusqu'à aujourd'hui, en passant par la northern soul (genre né à la fin des années 1960), l'acide house (genre d'électro ayant émergé aux États-Unis dans les années 1980), le hip-hop, la jungle (un style d’électro apparu en 1993), le drum'n'bass, le garage (genre apparenté au disco et à la house) et le grime (genre apparu au début des années 2000, influencé par la drum'n'bass, le hip-hop et le garage).

Sur le site de Printspace, l'exposition est décrite ainsi :

Publicité

"Un hommage aux obsessionnels, aux hédonistes, aux excentriques de la musique, aux danseurs des institutions du dancefloor et à ceux qui continuent de le faire évoluer."

Pour constituer cette exposition, la galerie a lancé un appel aux contributions et son commissaire, Gavin Mills, a sélectionné les clichés parmi les 50 000 photos reçues. En guise de remerciement, tous ceux qui ont proposé une photo ont droit à une entrée gratuite.

L’exposition inclut aussi des clichés de photographes professionnels  comme Dougie Wallace, David Swindells, Dean Chalkley, Marco Grey et le collectif de George Quann-Barnett, Wot Do You Call It, parmi tant d’autres.

Publicité

Pour aller plus loin et découvrir les histoires qui se cachent derrière ces photographies iconiques, vous pouvez regarder ce court métrage réalisé par Full Bleed, une nouvelle chaîne anglophone qui produit de magnifiques documentaires sur la culture de la photographie un peu partout dans le monde.

Si vous prévoyez un petit voyage à Londres bientôt, vous pouvez vous procurer des tickets ici.

Publicité

Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois. 

Une femme extatique sur le dancefloor, Talking Loud Saying Something / Dingwalls, 1988 (Photograph: Adam Friedman via Full Bleed)

Une femme extatique sur le dancefloor, Talking Loud Saying Something / Dingwalls, 1988 (© Adam Friedman via Full Bleed)

Folie à Ibiza, 2015 (Photograph: Gavin Mills via Full Bleed)

Folie à Ibiza, 2015 (© Gavin Mills via Full Bleed)

Un breakdancer à Camden Town Hall, le premier évènement hip hop organisé à Londres, en 1985. (Photograph: Normski via Full Bleed)

Un breakdancer à Camden Town Hall, le premier événement hip-hop organisé à Londres, en 1985. (©  Normski via Full Bleed)


Par Matthew Kirby, publié le 02/02/2016

Copié

Pour vous :